au 24 octobre 2002


Ce dialogue couvre multiples sujets: la communauté européenne, la gauche en Europe, la pression américaine pour une guerre en Irak et le rôle de l’Arabie saoudite.

Au 24 octobre 2002

Mansour: Je viens juste de recevoir ta réponse à mon dernier message concernant le conflit anglo-français. J’espère que je ne t’ai pas donné l’impression que l’Europe unie de demain ne jouera pas un rôle fondamental dans l’avenir à moyen et à long terme de l’humanité. Je suis tout à fait d’accord avec toi que les peuples européens ont une culture qu’aucun autre continent ne peut rivaliser du moins à ce jour. Mais le chemin vers une Europe unie économiquement et politiquement est encore très long et miné par toutes sortes d’embûches provenant notamment du côté des USA. Il faut reconnaître tout de même que nous n’avons plus les Adenauer et les De Gaulle pour mener la lutte pour l’unification de l’Europe.

Claude: Il est vrai que l’Europe manque actuellement de grands chefs, mais la situation n’est pas la même que du temps de De Gaulle ou d’Adenauer. La CE existe, siège, se donne des lois et regroupe actuellement plus de 250 millions de personnes. Bientôt, ce nombre augmentera à 450 millions avec l’ajout de 15 autres pays à la communauté. Son influence se fait sentir partout dans les pays-membres et ceux-ci ajustent leur tir politique en fonction des résolutions adoptées au parlement européen. Des embûches, il y en a et il y en aura toujours, mais je suis surpris de voir comment en France, malgré les critiques de certains groupes d’intérêt, la CE est de plus en plus acceptée. L’euro a contribué énormément à cette pensée unificatrice et les réorganisations proposées par la CE prennent place, comme dans les pêcheries et l’agriculture. Des politiques sont élaborées pour les relations extérieures comme sur le sujet de la guerre d’Irak et du Proche-orient. Les pays reconnaissent qu’ils doivent se donner une constitution et c’est à cela que travaille le comité sous la direction de Giscard d’Estaing. J’ai confiance que ce document, qui sera largement discuté, saura être l’instrument qui fera de la CE une union d’états solidaires. Je crois que l’Europe a commencé à jouer un rôle important dans le monde et sera bientôt en mesure de devenir une grande puissance. Une chose est certaine, elle peut l’être avant la Chine ou l’Inde si ses membres le veulent bien.

Mansour: J’ai été très étonné, par exemple, que le premier voyage du chancelier allemand à l’extérieur ait été pour rendre visite au valet des américains, notre cher ami Blair.

Claude: Tu sembles oublier que Blair est de gauche et qu’il est sorti des rangs durant la campagne électorale pour appuyer Schröder. J’ai vu cela comme un geste de reconnaissance. Blair est la marionnette de ti-Bush, cela est clair, et il le devient de plus en plus tous les jours. Probablement, qu’il fera l’impossible pour amener le chancelier aux idées du président américain. Mais je demeure confiant que Schröder résistera car il ne peut faire autrement suite à ses positions radicales durant la campagne électorale sur la participation de l’Allemagne à la guerre contre l’Irak.

Mansour: Malgré le fait que le chancelier ait gagné les élections allemandes principalement en dénonçant la politique canonnière des USA, il n’a rien trouvé de mieux que de chasser de son gouvernement son ministre de la justice qui a eu le courage de faire une analogie entre la politique extérieure de Bush et celle d’Hitler. Il (elle) n’avait jamais dit que l’Amérique était un pays fasciste, il (elle) s’était contenté de faire un parallèle entre l’Allemagne hitlérienne qui avait utilisé le démon de l’ennemi extérieur pour faire oublier au peuple allemand les vrais problèmes internes. Avec la stratégie actuelle de Bush, qui n’a aucune stratégie pour faire face à la situation économique du pays et qui pour des raisons électorales a crée de toutes pièces un ennemi extérieur, voilà le genre d’entrave que l’Europe continuera à surmonter si elle a un espoir de s’unir un jour.

Claude: Schröder a gagné ses élections. Il a mené une superbe campagne électorale contrairement à Jospin qui a été un piètre candidat et qui a personnellement perdu son élection, Schröder s’est avéré être un grand «campaigner». Je t’avais d’ailleurs souligné cette qualité que j’avais détectée chez lui, il y a de ça plusieurs mois, alors que tout le monde le disait fini. En début de la campagne, il était clairement battu dans les sondages, mais il a su, à force d’intelligence et d’efforts, faire une campagne électorale qui lui a donné la victoire. La ministre de la justice était une entrave à la montée croissante de Schröder et il a bien fait de l’arrêter et de la mettre de côté. L’importance était de gagner l’élection. Il a acquis mon respect car il a réussi, à ma grande surprise, à briser la chaîne de défaites des sociaux-démocrates en Europe.

Mansour: En rapport avec tes opinions sur la politique américaine étrangère, je t’avoue que je ne suis pas tellement étonné par le contenu de la critique de cette politique, qui de jour en jour devient absurde même aux yeux du public américain qui est totalement étranger à ce que pense le reste du monde, comme tu le sais.

Claude: Oui, et cela est tellement vrai que je crois que ti-Bush ne pourrait trouver une rue en Allemagne ou en France et même en Europe où il pourrait trouver une personne voulant lui donner la main. Quel tort immense il fait aux américains !

Mansour: Mais je suis de plus en plus persuadé que Bush aura sa petite guerre avec l’Irak avant la fin de janvier prochain. Il y a une nouvelle euphorie dans les cercles politiques américains qui devient très contagieuse et qui mènera non seulement à la petite escarmouche en Irak mais à des aventures militaires beaucoup plus dangereuses ailleurs dans le monde dans les années à venir.

Claude: J’espère que non, car il me semble qu’il aura dans deux semaines un choc électoral qui lui fera réviser ses positions. Il devra alors écouter finalement la France et la Russie. Il répète actuellement la même erreur que son père qui après avoir vu sa popularité grimpée à un niveau étourdissant, suite à la guerre du Golf, a été surpris par le jeune gouverneur de l’Arkansas qui est venu le battre aux élections générales. Cela parce qu’il n’avait pas compris l’importance de la politique intérieure, pour les Américains. L’histoire se répète et je crois que l’on verra, du moins je l’espère, dans deux semaines que les démocrates prendront le contrôle des deux chambres du congrès. Est-ce que je rêve en couleurs ?

Mansour: J’ai l’impression que l’Amérique se transforme rapidement en une puissance impériale à l’exemple de l’Angleterre du 19ième et début 20ième siècles et surtout au fameux empire romain. Pas plus tard qu’il y a deux jours, j’ai écouté le sénateur John McCain de l’Arizona déclarer sans aucune hésitation que l’Amérique d’aujourd’hui est plus puissante que l’empire romain à son apogée et doit se comporter en conséquence.

Claude: En voilà un autre, John McCain, qui est fort désappointant et qui, je crois, déçoit toute cette jeunesse et la population libérale du New Hampshire qui l’avaient appuyé lors des primaires de la dernière élection présidentielle. Plus çà va, plus je crois que Gore reviendra, car les Américains ressentent de plus en plus que leur pays a besoin d’un président de sa trempe et de sa culture politique.

Mansour: Mais même à court terme, je me demande ce que font les fameux conseillers du président américain face à cette nouvelle éruption de terrorisme à travers pratiquement le reste du monde. N’est-ce pas tout de même étrange qu’au fur à mesure que l’Amérique se rapproche du jour J de son intervention militaire en Irak, les actes terroristes internationaux se multiplient incluant même des pays comme le Kuweit, qui pourtant doit beaucoup aux USA qui l’avaient libéré du joug des Irakiens il y a à peine une dizaine d’années.

Claude: Tu sembles oublier que le problème majeur pour les occidentaux est la montée de l’intégrisme musulman, financé par l’Arabie Saoudite. Les «Frères Musulmans», les islamistes, les intégristes, sont tous tout du pareil au même et, comme tu me l’as déjà expliqué, sont issus de l’idéologie wahhabite et qotbiste. Cette idéologie est à l’origine d’assassinats, de meurtres, d’attentats et même de guerres civiles dans le monde. Ce sont eux les responsables de la montée du terrorisme sur la planète. Il est normal que le président américain, et tout autre chef d’état, soit sensible à ce danger futur qui se dessine et agisse en conséquence. Ce que je reproche à ti-Bush, n’est pas sa guerre contre le terrorisme mais plutôt ses actions irraisonnées qui ne tiennent pas compte de la réalité politique et de la justice, comme son appui indéfectible au meurtrier et tueur Sharon et son entêtement contre les Nations Unies. Ti-Bush ne semble pas comprendre le danger immense que constituent les adeptes des ouvrages de Al-Wabbah et de Qtob. Voici un extrait édifiant que l’on retrouve dans ces ouvrages et que j’ai lu récemment dans le livre écrit par le frère de Zacarias Moussaoui, sur la vie de ce dernier et son trajet qui l’a amené devant les tribunaux américains: «Aujourd’hui, il n’y a plus d’Islam ou de musulmans,… La société musulmane ne renaîtra que lorsque les régimes établis seront abattus pour céder la place au pouvoir respectant à la lettre la législation divine… Toutes les sociétés de la terre sans exception sont des sociétés impies et idolâtres, sachant que l’autorité n’appartient qu’à Dieu…. Le vrai musulman aujourd’hui est celui qui fait le «jihad» contre tous les régimes dont la législation est d’origine humaine pour les renverser et rétablir la législation divine». Je me demande si ce n’est là la réponse à ma question; pourquoi les 150,000 massacrés d’Algérie? Je comprends mieux maintenant ce qui arrive dans ton pays et en Indonésie, au Kosovo, en Bosnie, en Tchétchènie, en Afghanistan, en Égypte, aux Philippines, au Pakistan, etc…. Le danger futur pour nous tous est réel, et un ancien journaliste du Figaro, Laurent Arthur Du Plessis, vient d’écrire un livre que je lis actuellement et qui me fait réfléchir beaucoup: «La 3ième guerre mondiale a commencé».

Mansour: Ces soit-disant conseillers semblent ignorer qu’il y a tout de même au moins 400 millions d’arabes dans le monde en incluant la Turquie et l’Iran aussi bien que le Soudan, et plus d’un milliard de musulmans à travers le monde. Je suis le premier à souhaiter la disparition du régime de Saddam Hussein et si Bush avait un peu de cervelle dans son crâne il aurait certainement mobilisé toutes les forces progressives du monde arabe contre ce régime sanguinaire. Mais il a choisi de lancer non pas une lutte contre le régime irakien mais plutôt une croisade moderne. Et cela coûtera très cher un jour ou l’autre au reste du monde. Le malheur c’est que les premières victimes de cette folie seront les véritables forces démocratiques dans le monde arabe en particulier et le monde musulman en général. Déjà les effets de cette nouvelle croisade se font sentir au sein même des partis politiques au pouvoir en Algérie. Il paraît qu’un grand nombre de candidats aux élections municipales en Algérie du FLN et du RND sont des personnalités islamistes connues dans le passé par leurs activités dans le fameux parti islamiste FIS. Ce n’est pas un hasard si ces partis politiques au pouvoir en Algérie essaient par tous les moyens de faire appel aux sentiments antiaméricains qui grandissent au jour le jour dans ce pays en faisant appel à la seule force politique internationale qui défit le diktat américain sur tout le monde arabe. Je ne connais pas la situation politique du reste du monde arabe mais je suis persuadé que tous les régimes politiques de cette région du monde, qui n’ont de toute façon aucune légitimité réelle, réagiront de la même façon que le régime dictatorial de l’Algérie.

Claude: Oui, je crois que tu as raison de craindre la montée d’élus islamistes. On les a vus gagner des points lors des récentes élections marocaines, pakistanaises et autres. C’est inquiétant. Il est vrai que la guerre contre Saddam n’aidera pas la cause dans les pays arabes, mais je crois que la situation au Proche-orient nuit davantage à cela et l’irresponsabilité bête de ti-Bush par son appui injuste à Sharon, qui en profite pour écraser et chercher à annihiler le peuple Palestinien, est l’allume-feu principal. Tu parles des forces démocratiques du monde musulman, je te rappelle mes opinions passées sur les gouvernements fantoches et pourris qui dirigent la grande majorité des pays arabes du Moyen-orient. C’est sûrement une cause profonde du malaise qui règne en Arabie et qui facilite le recrutement de jeunes par les intégristes. A quand de réelles démocraties dans ces pays ?

Mansour: Cette révolte du monde musulman en général contre l’impérialisme américain sera encore renforcée par l’attitude de l’administration américaine vis-à-vis de la Corée du nord qui vient juste d’admettre qu’elle a un programme de recherche nucléaire très actif et qu’elle n’a aucune intention de l’abandonner. Face à cette nouvelle situation, l’administration américaine n’a rien trouvé de mieux à dire que le problème de la Corée du nord devait être traité diplomatiquement et que l’Amérique n’avait aucune intention d’utiliser la force pour obliger ce pays à se démilitariser comme elle le demande à un pays arabe et musulman, bien qu’il soit aussi laïc que la Corée du nord.

Claude: Oui, c’est une tournure des évènements qui rend ti-Bush encore plus ridicule. Cependant, je vois la possibilité que cela affecte l’idée d’une guerre contre Saddam. Le State Office n’est pas sans comprendre le dilemme dans lequel leur pays se trouve.

Mansour: Le conseil de sécurité discute actuellement une résolution pour permettre aux inspecteurs internationaux de retourner en Irak. Mais en réalité, nous savons tous que le vrai problème est de trouver une phraséologie qui permettrait à l’Amérique de faire ce qu’elle veut en Irak tout en disculpant le reste des membres de ce conseil, notamment la France, la Russie et la Chine. De toute façon, celles-ci ne sont pas en position de contrecarrer les intentions américaines à travers le monde d’une manière générale et particulièrement dans le Moyen-orient.

Claude: Tu vois tout, plus noir que moi ! Je crois qu’il s’agit de trouver une phraséologie qui réunira tout le monde. Les Américains sont les premiers à la vouloir car ils veulent partager le coût de la guerre. Le déficit américain croît trop vite pour un politicien qui veut demander, dans 2 ans, un renouvellement de mandat. Ti-Bush a ce problème et voilà pourquoi il doit avoir l’appui de l’ONU. Ses discours sont le problème. Ils dépassent de beaucoup ce qu’il aurait dû dire pour persuader le peuple américain de la nécessité de faire la guerre à Saddam, et il doit aujourd’hui refroidir l’ardeur de ses supporteurs pour faire face à la réalité politique. Cette situation ne l’aide pas et ce sera une des raisons de sa dégringolade aux élections législatives dans deux semaines.

Mansour: Ce n’est tout de même pas un hasard si le premier ministre israélien est venu rendre visite à Bush le jour même où le conseil de sécurité discutait les propositions américaines de résolution contre l’Irak. «If anything» comme on dit en anglais, Bush a démontré le mépris qu’il a pour le monde arabe en général, que ce soit le peuple palestinien, irakien ou même saoudien. Mais cette arrogance aura certainement un prix à payer un jour ou l’autre. Je ne suis pas un arabe, mieux encore en tant que Kabyle j’ai été leur victime depuis des siècles, mais je sais que les arabes sont aussi des êtres humains avec le même besoin de protéger leurs identités que tout le reste de l’humanité. Un jour ou l’autre les Américains payeront toutes les humiliations qu’ils ont fait subir à ces peuples. Même l’empire romain a fini par payer pour ses excès de pouvoir. Comme toutes les dictatures. Toute civilisation promue et maintenue par la force des armes succombera un jour ou un autre et disparaîtra. Où est aujourd’hui l’arrogance de la Grande Bretagne qui gérait la moitie de l’humanité, il y a moins d’un siècle. Aujourd’hui, Blair est tout heureux de jouer le rôle de porte-parole de la maison blanche américaine.

Claude: Bien dit!

Mansour: Ce qui me rend le plus malade dans toute cette aventure américaine, c’est que l’Amérique est en train de donner toutes les chances de prendre le pouvoir, dans tout le monde arabe, aux forces rétrogrades islamistes que j’ai toujours combattues en Algérie. Comment mobiliser les forces démocratiques dans le monde arabe quand l’Amérique s’attaque à l’identité même de cette région qui a été usurpée par les fondamentalistes islamistes ? Ceux-ci ont été encouragés pendant des dizaines d’année par cette même Amérique, qui les dénonce aujourd’hui tout en affirmant que ces instruments réactionnaires arabes (les monarchies moyenne-orientales en particulier) sont toujours ses alliés. Par exemple, l’Arabie saoudite qui a financé pratiquement toutes les mosquées qui ont été construites à travers le monde entier depuis les années 70, et qui continue aujourd’hui même à financer les mosquées et des écoles musulmanes aux USA même, est toujours défendue par l’administration américaine.

Claude: Je comprends bien tes frustrations. Remarque, cependant, que cette situation met en évidence la force montante des islamistes et réveille les populations du monde et leurs gouvernements, arabes ou non, au danger qui les guette. Nous étions tous dans une certaine torpeur avant le 9/11. Depuis, nous nous sommes réveillés et nous comprenons mieux les raisons profondes de cet événement incroyable.

Mansour: A propos je viens d’apprendre que mon cousin Khaled, employé d’air Algérie, avait demandé un visa pour le Canada pour rendre visite à son frère qui est installé à Montréal. Et sans aucune explication, son visa a été rejeté. Voila un exemple du prix que les démocrates « arabes » doivent payer pour la folie des Américains. Je suis persuadé que son visa a été rejeté tout simplement parce qu’il est arabe algérien et donc musulman. Quel prix à payer ? Qu’en penses-tu. Je te signale que mon cousin a déjà plus de 57 ans et est sur le point de prendre sa retraite à la fin de cette année. Il n’avait certainement aucune intention d’émigrer au Canada. Tout ce qu’il voulait, c’est de revoir son frère et entre temps avoir l’occasion de me revoir à Montréal.

Claude: Cela me surprend énormément. Il y a sûrement une autre raison. Tu parles de la folie des Américains, je crois que tu oublies trop vite la folie des supporters de Ben Laden. Ce n’est qu’une question de temps avant que la normalité revienne. Je viens de voir à la télé un autre exemple de ce qui fait croître la crainte de tout ce qui est musulmanchez les Américains; au moment où j’écris ce message on annonce, l’arrestation du tueur présumé, le «sniper», du Maryland, et surprise.. son nom est John Muhammad, un américain noir converti à l’Islam.

Mansour: Je ne suis pas tout a fait d’accord avec les positions avancées de network Znet, auquel tu m’as référé, sur le rôle fondamental que le «big business» américain joue dans la définition de la politique extérieure de ce pays. Il est vrai que, particulièrement durant le passage des républicains à la Maison Blanche, le «big business» joue un rôle très important dans la définition des objectifs à court terme de la politique internationale de ce pays, mais je pense que la véritable force qui est derrière cette politique d’hégémonie mondiale américaine doit être recherchée dans la culture même de l’Américain moyen.

Claude: Dans le passé, je dirais que le «big business» américain avait un poids important dans la politique étrangère des USA C’est peut-être encore le cas aujourd’hui à cause de l’importance du complexe militaro-industriel, mais je n’en suis pas certain.

Mansour: Tout comme le citoyen romain, qui pensait qu’il était nettement supérieur à tout autre être humain sur terre, le citoyen américain d’aujourd’hui le pense aussi. De plus, si réellement le «big business» dictait la politique extérieure des USA, je ne vois pas pourquoi les «big sisters» des hydrocarbures ne font rien pour améliorer l’image des USA dans le monde arabe en particulier. Il ne faut pas oublier que c’est dans le secteur des hydrocarbures que nous trouvons le peu de sympathie pour la cause d’Israël aux USA. Et pourtant, Bush, qui a été créé par les multinationales pétrolières américaines, tout comme son père d’ailleurs, une fois à la Maison Blanche, n’a rien pu faire contre le lobby juif américain, et a été le plus grand défenseur de la cause juive en Amérique parmi tous les présidents qui l’ont précédé. C’est un peu naïf tout de même de la part de Znet de prétendre que le seul objectif des USA en Irak était la main mise des USA sur le pétrole irakien.

Claude: C’est un point de vue que je ne suis pas prêt à mettre de côté. J’ai lu en France que ti-Bush aurait dit à Chirac, pour l’amener à appuyer la résolution américaine, que si la guerre a lieu, que la France n’y participe pas et que si les Américains réussissent à chasser Saddam et à prendre le contrôle de l’Irak, que TOTAL n’aurait pas sa part des réserves irakiennes de pétrole. J’ai lu aussi, qu’en conséquence, TOTAL pesait sur Chirac pour bouger. Quant au lobby juif américain, il a un argument marteau puisqu’il peut livrer, aux prochaines élections présidentielles, un très grand nombre de votes dans les états de New York, Pennsylvanie, New Jersey, Californie et autres et faire battre ainsi les démocrates. Cela pourrait assurer à ti-Bush de sa réélection.

Mansour: Les Américains n’ont pas besoin d’une guerre contre Saddam Hussein pour avoir son pétrole et surtout ses réserves, qui entre parenthèses sont aussi importantes que celles de l’Arabie saoudite. De par la nature même du régime irakien, les USA ont plus de chance de garder la main mise sur le pétrole irakien qu’en continuant à protéger des régimes féodaux de l’Arabie saoudite et du Koweït à long terme. A ce jour, aucun citoyen irakien n’a été impliqué d’une manière ou d’une autre dans aucun des actes terroristes islamistes à travers le monde. Par contre la majorité des terroristes qui ont créé le massacre du 11 septembre à New York et Washington étaient en fait des citoyens saoudiens, formés dans les écoles saoudiennes.

Claude: Oui, et j’espère que finalement les américains verront le vrai visage de la monarchie saoudienne qui joue un rôle capital dans la montée des islamistes dans le monde.

Mansour: Mais passons à autre chose. Figures-toi que mon frère Ali a maintenu son projet de visite du sud de l’Algérie avec ses amis français. Il est à l’heure où je t’écris ce message quelque part dans le Tassili. Je suis sûr qu’il fera un voyage inoubliable dans le sud. Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de voir les fresques du Tassili, mais cela mérite vraiment l’effort. Il n’est pas facile d’y accéder. Il faut d’abord grimper une falaise sur au moins deux kilomètres. Ensuite il faut marcher sur le plateau pendant presque une demi-journée pour arriver aux fresques. Mais pour moi, personnellement ce n’est pas tellement les fresques qui m’ont vraiment séduit, mais surtout le paysage illimité de ce haut plateau. On a vraiment l’impression de se trouver au sommet de la terre. Et la nuit, les étoiles semblent tellement proches qu’on a l’impression qu’il suffit de tendre la main pour les atteindre. C’est un paysage vraiment féerique. Si mes souvenirs sont bons je crois que le meilleur moment de s’y rendre serait en janvier ou février, avant que les sables de vent ne commencent en mars. L’autre période serait peut être en novembre ou décembre.

Mansour: Oui, j’ai fait là-bas avec mon épouse un voyage mémorable dans le Hoggar, à partir de Tamanrasset d’où nous sommes partis en Land Rover jusqu’à l’ermitage de Charles de Foucault à Assekrem. Nous avons vu des fresques du Tassili, des tribus de nomades, les fiers Touaregs, les chamelles blanches…. Nous avons été surtout impressionnés par le paysage tassilien, les sommets, les colonnes, les pitons et même des lauriers-roses près d’un oasis. Ce fut un des voyages qui nous a le plus marqués et nous sommes prêts, n’importe quand, à y retourner pour vivre à nouveau les sensations exceptionnelles qui nous ont envahis lors de notre premier voyage. Je te cite un extrait de Simone de Beauvoir, dans La Force des choses, qui exprime bien ce que nous avons vu: «Les derniers jours nous avons roulé dans des gorges au pied des citadelles géantes, de créneaux, de murs cyclopéens, noirs comme des laves ; nous avons traversé des plateaux de sable blanc hérissés d’aiguilles et de dentelles noires: l’atmosphère avait été soufflée, la terre s’était changée en lune.»

Mansour: À propos de mon cousin qui a vu sa demande de visa touristique refusée pour le Canada. Peux-tu faire quelque chose pour lui ? Je sais qu’il a l’intention de se déplacer à Paris pour faire recours au consulat canadien. Mais je vais être franc avec toi à ce sujet. Je t’avoue qu’il voudrait bien émigrer au Canada, non pas tellement pour avoir la bonne vie au Canada, mais surtout pour donner une chance à sa fille qui est très brillante dans ses études de médecine à Alger. Khaled est un excellent technicien de l’aéronautique. Il a passé plus de 25 ans chez Air Algérie et il a suivi beaucoup de formation en avionique aux USA durant toute sa carrière. Ceci étant dit, je ne crois pas qu’il ait une chance de se trouver un job dans sa profession au Canada en ce moment en particulier. Une chose est certaine pour ce qui le concerne, il ne fera jamais quelque chose en dehors de la réglementation. Si le Canada ne lui offre pas la possibilité d’émigrer il retournera en Algérie sans aucune amertume vis-à-vis du Canada. Aussi et peut être plus important, il voudrait bien revoir l’Amérique du nord. Il voudrait revoir son frère qui réside à Montréal et surtout avoir l’occasion de prendre un whisky avec moi et se rappeler des jours qu’il a passé avec moi aussi bien au Kansas qu’à Washington. Je t’avoue que je lui ai déjà parlé de toi, et je lui avais même promis de lui donner ton adresse électronique, à condition que tu sois d’accord pour l’aider. Alors, si tu es d’accord pour l’aider à changer la décision prise à Alger par le consulat canadien, et si tu peux le faire, je vais lui transmettre ton adresse, sinon je garderais le silence. Et surtout, surtout, « do not feel obligated to do what you really don’t want to do ».

Claude: S’il veut émigrer qu’il le dise ouvertement et qu’il ne cherche pas à rentrer en touriste et ne pas vouloir quitter à la fin de son visa. Je savais bien qu’il y avait anguille sous roche. Je suis prêt à l’aider dans ces conditions. Entre temps, ton cousin devrait s’informer s’il ne peut pas trouver un emploi à l’usine d’aéronautique de Bombardier à Montréal. Tu peux lui donner mon adresse.

Mansour: Mais revenons à nos moutons comme on dit. Ce que je voudrais savoir, ce n’est pas tellement ce que pense Znet de la politique américaine vis-à-vis du monde arabe mais surtout ton opinion. C’est ton opinion qui est importante pour moi. Je ne discute pas avec Znet mais avec toi. Znet me réconforte en m’apprenant que je ne suis pas le seul à dénoncer cette politique américaine anti-arabe et même raciste, mais ce qui me m’importe le plus c’est ce que pense mes amis de cette tragédie qui se déroule devant nos yeux. Je déteste le régime algérien d’aujourd’hui, mais je t’assure que si notre pays était dans la même situation que l’Irak est aujourd’hui, je n’hésiterais pas une seule seconde pour me porter volontaire contre l’agression américaine vis-à-vis de mon pays. Les Irakiens seront les premiers à souhaiter la disparition du régime Baathiste de Saddam, mais ils ne sont certainement pas prêts à embrasser Mr Bush qui viendrait pour leur prouver qu’ils ne sont en fin de compte que de la paille dans une écurie de chevaux. Il sera certainement très facile à Bush de se débarrasser de Saddam Hussein, mais que fera-t-il du peuple irakien tout entier et de ses aspirations ? Et est-ce que Bush est prêt aujourd’hui à accepter que le peuple irakien ait le droit de se prononcer ouvertement sur la cause palestinienne ? Est-ce que Bush serait disposé à accepter les ambitions de ce peuple ? Oh! Combien bien plus vieux que les USA, de l’Irak ! Pendant plus de 8 siècles, l’Irak a été le berceau de la civilisation arabe. Est-ce que ce peuple doit abandonner son passé et se soumettre à la loi de la juiverie internationale. Est-ce possible ? Depuis Babylone, l’Irak, qu’on le veuille on non, a été le berceau de la civilisation humaine. Peut-on aujourd’hui interdire à ce peuple de rêver de son passé sanglant mais aussi glorieux ? Voilà les questions que je me pose aujourd’hui. Je t’avoue que je n’ai pas de réponse toute faite à ces questions. Mais je sais une chose tout de même, les peuples ont une mémoire d’éléphants. Et c’est cette mémoire collective qui enfin de compte détermine les voies de l’avenir de ces peuples. Comment expliquer l’acharnement des Kabyles d’aujourd’hui à défendre leur identité si ce n’était pas cette mémoire collective immémoriale.

Claude: Je suis en accord avec toi, tu le sais bien. Personne ne peut accepter que son pays soit envahi par un autre. C’est le sang qui nous fait réagir. «Blood is thicker the water». La puissance d’une nation ne réside pas dans l’importance de son arsenal, mais dans le respect qu’elle génère et la détermination de son peuple.

À la prochaine.