le 14 juin 2006


Cette conversation traite d’IsraĂ«l, du Hamas, du terrorisme mondial, de la dĂ©cadence amĂ©ricaine comme celle de la Rome antique, et de la Chine montante.

Le 14 juin 2006

Cher ami,

Mansour: J’ai Ă©tĂ© Ă©tonnĂ© par la rapiditĂ© avec laquelle tu as rĂ©pondu Ă  mon dernier message. Mais en fait non pas rĂ©ellement car les sujets que j’ai abordĂ© la dernière fois Ă©taient assez sĂ©rieux pour attirer ton attention.

Claude: Oui, ils m’ont intéressé.

Mansour: J’ai beaucoup de respect pour l’intellect de Friedman mais comme tu sais il est après tout un juif amĂ©ricain. MĂŞme les juifs les plus progressistes sont incapables de discuter de l’avenird’IsraĂ«l avec une impartialitĂ© totale. Il en est de mĂŞme des arabes entre parenthèses. Je me souviens de la guerre de 1967 et des discussions que j’ai eu avec les arabes du Moyen-Orient Ă  l’universitĂ© du Kansas. A l’Ă©poque, j’avais du mal Ă  convaincre les Ă©tudiants arabes qu’IsraĂ«l Ă©tait la pour toujours et que les Arabes avaient intĂ©rĂŞt Ă  reconnaĂ®tre cette rĂ©alitĂ© et surtout les Palestiniens. Presque 40 ans après, je suis sĂ»r que la majoritĂ© du monde arabe n’arrive toujours pas Ă  croire qu’IsraĂ«l, malgrĂ© sa bombe atomique et ses appuis dans le monde occidental, est impossible de faire disparaĂ®tre de la carte tout simplement parce que les arabes n’en veulent pas. Je crois qu’il en est de mĂŞme de tous les juifs du monde et d’une très grande majoritĂ© de l’opinion publique occidentale qu’il peut ne pas y avoir un Ă©tat palestinien conforme Ă  toutes les rĂ©solutions passĂ©es du conseil de sĂ©curitĂ©. Tu fais allusion par exemple aux frontières israĂ©liennes de 1967. Mais personne, mĂŞme pas les arabes aujourd’hui ne croient que cela est acceptable pour les israĂ©liens.

Claude: Donc si Israël ne veut pas, le monde se plie. Drôle de soumission. On attaque, on envahit, on tue, et ensuite on régularise. Eh bien, je n’en suis pas de cette approche ou de ce raisonnement. Le référendum proposé par le président palestinien parle de revenir aux frontières de 1967. Bombe atomique ou pas !

Mansour: Je vais t’Ă©tonner maintenant en te disant que les israĂ©liens n’ont rien Ă  perdre dans ce conflit interminable, mieux encore, ils ont tout Ă  gagner, alors que les palestiniens qui sont les seuls Ă  payer le prix fort de ce conflit n’arrivent mĂŞme pas a s’entendre entre eux pour enfin essayer de trouver une paix aussi amère qu’elle soit avec les israĂ©liens. L’OLP avec l’appui ouvert des israĂ©liens et surtout des pays occidentaux font tout pour remettre en cause la victoire du Hamas en Palestine. Il y a dĂ©jĂ  une guerre rĂ©elle entre le Hamas qui a Ă©tĂ© choisi par le peuple palestinien Ă  le reprĂ©senter et la mafia de l’OLP soutenue par IsraĂ«l et l’Europe.

Claude: Encore là, je ne vois pas ce que les occidentaux et Israël viennent faire dans ce débat. Ils préconisent des élections honnêtes dans tous les pays et lorsque le résultat ne fait pas leur affaire ils contestent le gagnant. C’est une situation illogique et inacceptable. Le Hamas a gagné, et même s’il ne fait pas mon affaire, qu’il gouverne. S’il fait mal, le peuple Palestinien le remerciera de ses services à la prochaine élection. Si l’Occident persiste à refuser de reconnaître le Hamas, qui est en sorte le mouvement de résistance palestinien, cela nuira au bien être des Palestiniens et la situation dégénérera en une guerre civile en Palestine. Ce sera une tragédie.

Mansour: Quand je pense que le monde occidental dans sa totalitĂ© se sent rĂ©voltĂ© par ce qui se passe a Darfour, par exemple, mais ne trouve rien d’exceptionnelle Ă  ce qui se passe en Palestine occupĂ©e. Mais comme je dis souvent la loi du plus fort est toujours la meilleure n’est-ce pas ? Le massacre quotidien de jeunes filles et garçons palestiniens ne sont en fait des dommages collatĂ©raux dans la lutte israĂ©lienne contre le terrorisme mondial mais la mort dans les camps de Darfour au Soudan soulève la rĂ©volte de toute une civilisation.

Claude: Tu as raison. Deux poids, deux mesures. Pourquoi?

Mansour: Mais passons Ă  un autre sujet qui est peut ĂŞtre un peu plus intĂ©ressant. Franchement je n’arrive Ă  comprendre ton entĂŞtement Ă  dĂ©fendre la politique des USA Ă  ce jour dans le sous continent sud amĂ©ricain.

Claude: Tu parles du passé colonial, je parle d’aujourd’hui. Il y a encore des bavures comme au Venezuela dans les actions politiques américaines mais généralement les peuples des Amériques centrales et du sud élisent maintenant les dirigeants qu’ils veulent et la preuve de cela c’est que ce sont des partis de gauche qui gagnent. Cela ne fait sûrement pas plaisir aux Américains. Mais ils ne réagissent pas comme par le passé.

Mansour: Et je ne comprends pas du tout comment tu oses me dire que l’AmĂ©rique a fait des efforts pour rĂ©duire ses bases militaires aussi bien Ă  l’intĂ©rieur qu’Ă  l’extĂ©rieur. Depuis que le mur de Berlin est finalement tombĂ© est-ce que tu me citer une seule fermeture de base militaire amĂ©ricaine importante a travers le monde.

Claude: Il y en a plusieurs mais comme tu n’en veux qu’une: la très grande base F. D. Roosevelt à Ceiba à Puerto Rico qui était le plus grand champ de pratique de la marine américaine. Gratte-toi la tête un peu et rappelle-toi aussi celles des Philippines.

Mansour: Mieux encore, est-ce que tu sais que depuis que le bloc soviĂ©tique a disparu la prĂ©sence militaire amĂ©ricaine s’est drĂ´lement renforcĂ©e non seulement en Europe mais surtout en Asie. Enfin, je crois que tu dois tout de mĂŞme ĂŞtre au courant que le budget de la dĂ©fense amĂ©ricaine est aujourd’hui plus de 50% de tous les budgets de la dĂ©fense du reste du monde. Franchement j’ai l’impression que tu fais la politique de l’autruche Ă  chaque fois que nous parlons de la politique extĂ©rieure des USA.

Claude: Tu ne me diras pas que Clinton n’a pas fait des efforts pour réduire les forces américaines au point qu’il manque de régiments aujourd’hui. Que le budget pour la défense américaine soit aussi fort, je le sais et je n’aime pas ça, mais c’est la nation la plus importante du monde et elle est appelée souvent dans toutes sortes de circonstances pour aider les peuples affectés par des désastres de la nature. Lorsque les USA sont entrés en guerre dans les deux premières guerres mondiales, ils ont changé le cours des choses. On semble oublier cela souvent. Tu me donnes l’impression que tout ce que font les USA de nos jours n’est pas acceptable, est mal pensé et au détriment des peuples du monde. L’histoire passé des USA démontre qu’ils ont été plusieurs fois à l’avant-garde de la liberté sur la planète. Il y a des bavures, comme je t’ai dit précédemment, mais «the big picture» est ce qu’il faut regarder pour juger les américains. Avec tous les changements dans le monde, tu voudrais que les Américains retournent à leur base et regarde passer la parade. Ils ont la mémoire trop longue pour faire cela.

Mansour: MĂŞme l’empire romain Ă  l’apogĂ©e de sa gloire n’a jamais eu la prĂ©tention de dominer le reste du monde connu comme l’AmĂ©rique le fait aujourd’hui. Mais tout comme l’empire romain l’hĂ©gĂ©monie amĂ©ricaine aujourd’hui doit toucher Ă  sa fin. A mon avis, l’expĂ©rience amĂ©ricaine en Irak est un bon exemple de cette affirmation. Comment une puissance hĂ©gĂ©monique mondiale n’arrive pas Ă  venir Ă  bout de quelques tribus bĂ©douines irakiennes. Et comment la mĂŞme puissance mondiale qui avait soit disant chassĂ© le rĂ©gime des Talibans de l’Afghanistan reconnaĂ®t aujourd’hui que ces mĂŞmes Talibans se regroupent et donnent du fil Ă  retordre Ă  ses forces d’occupation.

Claude: Tu ne cesses de comparer les USA d’aujourd’hui avec la Rome ancienne. C’est un exemple boiteux. On ne parle pas du tout de la même chose. Il est sûr qu’à la longue, et cela prend d’innombrables années, que les empires changent et prédire cela aujourd’hui est facile. Mais ce n’est pas fait et loin de l’être en rapport avec les USA. Ce genre de déduction ne mène à rien. La guerre en Irak est une erreur. On le sait. On est d’accord. Elle est due à un mauvais président. Mais va-t-on faire le procès sur tout ce que les USA on fait à cause de cette guerre maudite. On dit guerre, mais dans le fond ce n’est pas une vraie guerre, car si c’en était une, il y a longtemps qu’elle serait terminée à cause de la force de frappe des USA. C’est une invasion d’un pays, qui avait une fausse armée, où l’envahisseur fait face à une résistance de guérilleros dont plusieurs viennent de l’étranger motivés par le dihjad islamiste. En Afghanistan, le même phénomène se développe à cause des Talibans malgré que ce soient les Nations Unies qui aient décidé d’intervenir militairement dans ce pays et que ce sont des forces militaires de plusieurs pays qui sont sur le terrain. Tu voudrais que les Américains se retirent car cette résistance devient trop sauvage. Mais qu’adviendra-t-il après de ces pays ? Ils seront entre les mains de qui ? Il est facile de lâcher, mais difficile de maintenir ce qu’il faut faire pour vaincre.

Mansour: Il y a Ă  peine quelques annĂ©es oĂą l’AmĂ©rique avait jurĂ© d’interdire Ă  la CorĂ©e du nord d’acquĂ©rir des armes nuclĂ©aires. Aujourd’hui non seulement ce mĂŞme pays a ces armes mais apparemment il se prĂ©pare Ă  tester des fusĂ©es balistiques capables d’atteindre tout le territoire des USA. MĂŞme en ce qui concerne l’Iran les dĂ©clarations officielles aussi bien amĂ©ricaines que du monde occidental nous font croire qu’ils sont dĂ©termines Ă  empĂŞcher l’Iran d’acquĂ©rir non seulement les armes nuclĂ©aires mais mĂŞme le know-how. Mais ce mĂŞme beau monde a dĂ©jĂ  annoncĂ© qu’il n’avait aucune intention d’utiliser la force, mieux encore il n’a certainement pas l’intention d’imposer un embargo sur le pĂ©trole ou le gaz iranien. Cela me rappelle un peu les dĂ©clarations de Mao Tse Tong qui disait que les USA Ă©taient en fait un tigre en papier. Comme tu vois je divague beaucoup dans mes messages mais tu dois t’habituer maintenant.

Claude: Oui, tu divagues. Je ne vois pas ce que la déclaration intempestive de Mao vient faire dans le débat. Il a uni la Chine en tuant des centaines de millions de Chinois mais l’a laissé très pauvre avec ses politiques communistes. Je l’ai vu de mes propres yeux car j’ai visité la Chine en 1981, juste avant que les grands changements arrivent. Les Chinois vivaient dans la misère noire. Heureusement, ses successeurs ont changé de cap. Aujourd’hui, ils réussissent seulement parce qu’ils pratiquent le capitaliste. Le communiste est relégué aux assemblées du parti. En réalité, c’est une dictature, qui fonctionne aujourd’hui car le peuple est en mutation économique et pense avant tout à faire des sous au lieu de se péter les bretelles sur la place publique pour revendiquer la démocratie. Mais un jour viendra… C’est clair et net. En rapport avec la propriété d’armes atomiques par la Corée du Nord et l’Iran, tu préférerais que les USA et leurs alliés ne disent rien. Tu sembles oublier ce qu’ont dit les présidents de ces pays. Celui de l’Iran n’a-t-il pas dit, encore récemment, qu’Israël doit disparaître de la carte ? Tu crois vraiment qu’en bout de course que les Américains et leurs alliés ne feront rien s’ils ne peuvent convaincre ces deux pays d’oublier leurs ambitions nucléaires ? I have news for you my friend !

Mansour: Pour revenir au sujet de l’AmĂ©rique latine, d’après toi la victoire d’un corrompu, vassal des USA depuis très longtemps au PĂ©rou dĂ©montre que l’Amerique latine est contre tous les rĂ©gimes de gauches qui ont Ă©tĂ© Ă©lus aussi bien au BrĂ©sil qu’en Bolivie ou au Venezuela ou au Chili ou mĂŞme en Argentine. Bravo pour ton analyse.

Claude: Ou tu n’as pas lu mon texte, ou tu l’as mal interprété. Je n’ai pas tenu les propos que tu racontes. Voici à nouveau le texte: « Les gens de Bolivie ou du Venezuela n’ont pas voté contre l’hégémonie américaine autant qu’ils ont voté pour changer le gouvernement et élire des gens près d’eux comme Chavez et Morales. Au Pérou, ils ont eu la même opportunité excepté que Chavez est venu se mêler de la campagne électorale et a utilisé cet argument d’hégémonie américaine pour demander aux Péruviens de la contrer. Ceux-ci qui avaient le choix n’ont pas répondu aux appels de Chavez et ont élus Garcia et… ont voté pour contrecarrer les arguments de Chavez. Devant le choix, les latinos vont choisir la collaboration avec les USA. Ils ne veulent plus que les USA viennent les diriger par dictateur interposé, mais ils ne veulent pas non plus éliminer la possibilité d’être ami avec le géant américain. Ils sont très réalistes.», Dans des dialogues précédents, j’ai clairement indiqué que je croyais que c’était une bonne affaire que des gouvernements de gauche aient été élus en Amérique latine. Je te recommande de lire ce que j’écris et non seulement de lire entre les lignes. La collaboration avec les USA ne veut pas dire la soumission. Je crois que les latinos qui choissent maintenant librement leurs dirigeants ne veulent pas fermer la porte aux USA comme tu le prétends et comme tu sembles penser que ce serait une bonne affaire. Je crois que Chavez commence à être dérangeants pour les latinos. Fort de son pétrole, il cherche à monter un front antiUSA. Les latinos savent que cela ne mènera nulle part. Même Castro qui est sympathique à Chavez, pour avoir son pétrole, ne le suit pas sur cette nouvelle lancée lunatique.

Mansour: Tout d’abord le PĂ©rou n’a jamais Ă  ce jour rĂ©ellement eu des Ă©lections libres et dĂ©mocratiques Ă  ce que je sache. De plus, je pense que si tu additionnais tous les latinos qui ont votĂ© pour des changements de rĂ©gime en Amerique latine et contre la domination USA de ce sous-continent tu reconnaĂ®trais tout de mĂŞme que la grande majoritĂ© est contre l’impĂ©rialisme amĂ©ricain qui est Ă  ce jour bien vivant a travers le reste du monde. Mais c’est ton opinion et je la respecte.

Claude: Le Pérou vient d’avoir une élection démocratique. Cesse de charrier… Je suis aussi heureux que toi des grands changements électoraux que vit l’Amérique du sud depuis un bon bout de temps. Tout le monde est contre l’impérialisme d’un autre pays. Mais qui veut refuser sa collaboration et son aide ?

Mansour: Ce que je n’arrive Ă  comprendre c’est que tu reconnais dans le mĂŞme message que le phĂ©nomène de la globalisation, qui a Ă©tĂ© en fait imposĂ© Ă  travers le monde par justement l’AmĂ©rique, l’Europe de l’ouest et surtout ses instruments internationaux Ă 
savoir la banque mondiale et le FMI, aujourd’hui remis en cause par justement les mĂŞmes sociĂ©tĂ©s qui l’avaient imposĂ©e au reste du monde. Et pour cause, pour une fois le retour de la flamme a finalement touchĂ© les nantis de ce beau monde. Maintenant que les classes moyennes du monde occidental sont touchĂ©es dans leurs vies quotidiennes la globalisation doit ĂŞtre revue. Mais comment revoir cette globalisation et garder la tĂŞte haute, du moins intellectuellement. Ă€ supposer que l’Europe sous la conduite de la rĂ©bellion de la France et de l’Allemagne suivi par la rĂ©bellion des USA puisse remettre cet ordre mondial en cause. Quel type de nouvel ordre Ă©conomique que ce monde occidental voudrait imposer au reste de l’humanitĂ©. Le monde occidental peut toujours retourner Ă  la pĂ©riode du protectionnisme qu’il avait en fait inventĂ© dans les siècles passĂ©s et qu’il avait rejetĂ© après avoir dominĂ© le reste du monde du point de vue Ă©conomique et scientifique. Mais le protectionnisme contre qui enfin de compte. Faut il seulement isoler la Chine ou faut il ajouter l’Inde.

Claude: Je te disais que je me pose des questions sur la globalisation. Je crois que l’on doit trouver des moyens pour atténuer certains de ses effets négatifs sur des parties de nos populations. Quoi ? Je ne sais malheureusement pas. Une chose est certaine, c’est que façon de faire des affaires ne s’arrêtera que si les salaires dans ces nouveaux pays producteurs, comme la Chine et l’Inde, montent. La croissance des salaires est commencée mais il faudra beaucoup de temps pour qu’elle soit rendue au point que la production de plusieurs produits revienne en Occident. La situation d’aggravera aussi car la Chine vise à changer «Made in China» pour «Made by China». On a vu le même phénomène au Japon après la 2ième guerre mondiale. Aujourd’hui, la Chine développe ses propres technologies avec ses propres brevets et manufacture de plus en plus de produits originaux conçus par des Chinois. Déjà, on estime à 20% la quantité de produits «Made by China». Ils ont même inventé un nouveau moteur et de nouveaux mécanismes pour construire entièrement une automobile chinoise et en ont commencé la fabrication pour le marché chinois, mais ils visent éventuellement le marché européen et américain. Un continent qui bénéficie de tous ces produits à bas prix est le continent Africain. Si pauvre, l’Afrique ne pouvait se payer tous les produits occidentaux, mais avec l’apport de la Chine et de l’Inde, elle a un meilleur accès à toute une gamme de produits vestimentaires, techniques et technologiques.

Mansour: Et quelles seront les relations Ă©conomiques entre mĂŞme les pays de ce beau monde occidental qui ne cesse de nous donner des leçons. Aujourd’hui, par exemple, 80% de la production agricole des États comme la Floride, le Texas, le Nouveau Mexique et surtout la Californie est assurĂ©e par des travailleurs Ă©migrĂ©s de l’Amerique latine et surtout des mexicains.

Claude: C’était la même chose avant. Les émigrés n’étaient pas Mexicains mais de d’autres nationalités. Les américains sont tous des immigrés ou des descendants d’immigrés, sauf ceux des premières nations et, eux, ils ne sont pas nombreux. L’industrie manufacturière du Nord-Est américain a été développée avec du «cheap labor» dont une grande partie, plus d’un million de personnes, a immigré du Québec. La plupart des Américains avec des noms français aujourd’hui sont des descendants de ces Canadiens français devenus américains. Ils parlaient le français, ils parlent aujourd’hui l’anglais. Les mexicains parlent l’espagnol, leurs descendants parleront l’anglais et seront de Américains à part entière. What’s new ?

Mansour: Faut-il aussi forcer les AmĂ©ricains Ă  retourner Ă  la terre et continuer Ă  approvisionner les AmĂ©ricains et le reste du monde en produits agricoles. Ă€ supposer que la France, l’Allemagne, l’Angleterre et les USA arrivent a s’entendre sur une stratĂ©gie pour enfin arrĂŞter le tsunami des importations asiatiques, est-ce que ces pays asiatiques vont rester les bras croisĂ©s et accepter la dĂ©faite sans aucune rĂ©sistance. Après tout, le plus grand marchĂ© de la consommation reste Ă  ce jour en Asie. On peut isoler la Chine ou l’Inde mais on ne peut pas isoler les producteurs de ces pays Ă  assurer les demandes grandissantes de leurs populations. A mon avis, aujourd’hui, l’Asie peut se passer de tout le monde occidental, après tout il ne reprĂ©sente mĂŞme pas le quart de l’humanitĂ©. Mieux encore l’Asie d’aujourd’hui est suffisamment dĂ©veloppĂ©e technologiquement et scientifiquement pour se passer du monde occidental. Est-ce que tu crois quele Japon ou mĂŞme la CorĂ©e du sud ont quelque chose Ă  apprendre dans le domaine de l’industrie de l’automobile par exemple ou du chemin de fer ou mĂŞme de la recherche agronomique du monde occidental ? Je vais terminer ce chapitre en te citant une fois de plus un slogan de Mao Tse Tong qui disait que «le vent de l’est dominera un jour ou l’autre». Quelle prophĂ©tie!!! This is just the beginning of a rude awakening for all of us in this never-never land of the western culture. And we have to adjust as soon as possible before it is
too late. The tsunami is coming fast. There is a new world rising in the horizon and unless we adjust quickly we will be drowned just like the poor people who lost their lives in New Orleans last year. And I do not think that we are capable of such an adjustment
right now.

Claude: Oui, c’est une très grosse transformation du mode de vie et des relations entre les peuples de la planète qui est à l’horizon. Elle dépassera tout ce que l’on a vu depuis la révolution industrielle. Nos gouvernements et les Nations Unies ont une responsabilité très grande afin d’assurer que le choc du futur soit absorbable par l’Occident. J’ai confiance dans le génie de l’homme et je crois que des solutions seront trouvées. J’aimerais revenir sur terre dans 100 ans et revoir tous les pays et le rapport de force entre chacun. Il faudrait un nouveau Jules Verne pour nous décrire une épopée dans le monde de 2106.

Mansour: Si j’avais encore vingt ans encore je crois que je t’aurais Ă©crit le dernier paragraphe en chinois malheureusement je n’ai plus mes vingt ans comme disait la fameuse chanson de Charles Aznavour.

Ă€ bientĂ´t