le 5 février 2006


Cette conversation traite de l’islamisation du monde arabe, de la situation dans ces pays et de la crainte des USA vis-à-vis de L’Iran et de la Syrie.

Le 5 février 2006

Mansour: Je crois que la fameuse fable de La Fontaine: » la raison du plus fort est toujours la meilleure » s’est une fois de plus vérifiée ces derniers temps. Les nouveaux gouvernements du Canada et de l’Allemagne en particulier se bousculent pour montrer leurs supports à la politique internationale de Bush en rapport avec la Syrie et l’Iran. Même la Russie de Poutine, pourtant dénoncée par toute l’Europe occidentale concernant sa politique du gaz vis-à-vis de l’Ukraine et maintenant de l’Arménie, ne cesse de tout faire pour plaire à Bush. Quel revirement de la situation politique en faveur des USA dans l’espace de quelques mois et quelques élections ! Mais je me demande si tout cela servira à quelque chose pour enfin essayer de trouver une solution honorable aussi bien l’Occident qu’au monde musulman dans les années à venir.

Claude: Je ne vois pas de bousculade pour se ranger avec Bush. Au contraire, je remarque que les habitants des pays que tu mentionnes et en particulier le Canada, n’aiment pas Bush. Il est honni. De plus, notre gouvernement canadien passé l’a dénoncé sur la place publique en rapport avec le protocole de Kyoto et le problème du bois d’œuvre, particulier au Canada. Si nous nous opposons au développement nucléaire de l’Iran ce n’est pas pour plaire à Bush mais parce que les discours du nouveau président iranien épeurent. Nous appuyons les pays d’Europe qui s’y opposent. Bientôt, d’ailleurs, le conseil de sécurité des Nations Unies se prononcera sur cette question et il est possible que toute la communauté mondiale se lèvera contre l’Iran sur ce sujet.

Mansour: Et ce qui me fait le plus mal au cœur dans toute cette affaire c’est que les seules victimes de ce nouveau conflit sont les véritables forces démocratiques dans le monde musulman qui durant des décennies du 20ième siècle, à commencer par Atta Turk, avaient essayé de sortir ce monde musulman de la culture médiévale dans laquelle il se trouvait. Et pourtant, grâce justement à tout ce qui se passe entre les USA en particulier et ce monde musulman, ces forces démocratiques sont laminées du golf persique à l’Atlantique. Je ne vois pas comment les nord africains notamment issues de la culture cartésienne et des valeurs du siècle de la lumière puissent avoir un mot à dire dans l’avenir de leurs sociétés dans la situation de ces sociétés aujourd’hui. Il ne fait pas de doute que les pressions occidentales sur les sociétés iraniennes et syriennes, par exemple, auront des effets sérieux sur leur vie quotidienne. Mais quelles seront les conséquences de ses punitions aveugles d’une telle politique ?

Claude: Je crois qu’il faut séparer le débat sur la question de l’Iran celui sur la Syrie. Ils n’ont pas vraiment rapport ensemble. L’Iran est démocratique, la Syrie est dominée par un régime dictatorial.

Mansour: Est-ce que les Iraniens et les Syriens vont enfin mettre fin aux régimes politiques qu’ils subissent depuis des
décennies et favorisera justement l’essor des forces démocratiques dans ces sociétés ou est-ce que ce sera justement le contraire. J’en doute. Comme tu vois j’essais de réfléchir a haute voix car je t’assure que je n’arrive pas a voire le futur de plus d’un milliard de musulmans à travers le monde entier pour le moment.

Claude: Mon père me disait souvent «petit à petit l’oiseau fait son nid». C’est de cette façon que chaque pays trouvera sa voie et que l’ensemble prendra la place qui lui revient. De plus, avec l’exemple de ce qui se fait ailleurs les peuples arabes comme les peuples de l’Europe de l’Est se mettront au tempo du développement mondial.

Mansour: C’est tout de même plus de 20% de l’humanité après tout. Pour mettre en perspective ce que je viens de te dire je voudrais tout simplement te rappeler que ce monde musulman représente après tout plus que le double de la population de toute l’Europe ou des Amériques du nord et du sud. Ce que je te dis doit t’étonner car tu sais que je suis loin d’être un bon musulman ou musulman tout court. Je pense à ce problème tout simplement parce qu’il me parait qu’il est devenu pour une raison ou autre le problème fondamental de l’humanité d’aujourd’hui.

Claude: Je ne comprends pas pourquoi tu persistes à chercher à embarquer tous les musulmans de la planète dans le conflit au Moyen-Orient. Ce n’est pas parce que l’Occident met en évidence le mot musulman qu’il faut généraliser. Que les pays arabes soient musulmans, qu’ils pratiquent la charia, c’est leur affaire. Tout comme nous qui sommes chrétiens et qui avons influencé nos politiques pour tenir compte des préceptes de nos religions. En Algérie, par exemple, le pays ne se développera pas plus vite s’il devient plus fervent musulman. À mon avis, cela n’a rien à voir. C’est le développement économique, les emplois, la vie familiale, le bonheur, l’ambition, le travail, et encore, sans oublier la liberté qui feront en sorte que les Algériens amélioreront leur bien être.

Mansour: L’Irak et Afghanistan sont déjà occupés depuis déjà des années par des forces occidentales.

Claude: N’oublie pas l’occupation des Soviets en Afghanistan.

Mansour: Le reste du monde arabe est en ébullition à l’intérieur malgré l’apparence de régimes dictatoriaux puissants en Égypte, en passant par l’Arabie saoudite, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

Claude: Ce bouillonnement me semble une bonne chose. Ce peuples ont droits à une vraie liberté. Il me semble que cela devient inévitable et que dans quelques années tout sera changé. Même au Maroc qui semble plus paisible mais qui réalité bouille.

Mansour: Oui, rien n’est certain au royaume du roi du Maroc. Et même ces régimes qui sont soumis corps et âmes aux pays occidentaux commencent à se rapprocher des franges les plus radicales des mouvements islamistes dans leurs pays tout simplement pour rester au pouvoir et continuer à maintenir les avantages matériels qu’il s ont eu dans le passe. Et que deviendront ces régimes dans les années à venir d’une part et quelle sera la riposte du monde occidental à ce tournant dans la situation géopolitique de ce monde arabe qui vire de jour en jour vers un islamisme fondamentaliste ? Même mon père, qui était pourtant un imam, aurait trouve abhorrant s’il était encore vivant.

Claude: On a l’impression aujourd’hui que la force islamiste se renforce. Est-ce réel ? Le vote en Palestine vient-il renforcir cette impression ? Mais est-ce vrai partout ? J’en doute. Tu sembles l’affirmer. Je crois plutôt que le mode de vie des occidentaux a plus d’influence sur les arabes que les forces de l’islamisation moussées par une minorité.

Mansour: Et quelle seront les conséquences de l’attitude du monde occidental dans une telle situation ? Voilà les questions que je me pose ces jours ci.

Claude: C’est un grand défi et j’ai confiance qu’avec l’erreur de l’Irak, les problèmes qui se dessinent en Afghanistan et le vote en Palestine, que les hommes politiques de ce monde et particulièrement ceux des pays arabes sont à ajuster leur tir afin de mettre un terme au pourrissement de la situation actuelle qui peut évoluer en une troisième guerre mondiale s’ils ne portent pas attention.

À bientôt !