le 8 février 2007


Cette porte sur la guerre froide, la candidature de Sarkozy en France et le quartet de la paix dans le conflit israélo-palestinien.

12 janvier 2007

Mon cher ami Claude,

C’est tout de meme etonnant de te voire me parler du
bloc sovietique et de la lutte heroique du peuple
americain pour nous proteger de cet ours russe, alors
que moi je te parlais tout simplement de la reaction
de l’angleterre, la france et surtout des usa vis a
vis de la revolution russe de 1917. De 1917 a 1924, ce
n’est pas a ce que je sache les troupes
revolutionnaires de Lenine qui avaient affame les
peuples russes ou les avaient massacre sans
discrimination mais plutot les armees russes levees
par justement les usa, l’angleterre et la france. Si
je me souviens bien en 1921 Lenine avait promulgue une
nouvelle reforme economique qui etait en fait tres
semblable aux systemes economiques social
democratiques qui s’affirmaient a travers toute
l’europe du moins. Que tu l’admettes ou pas je suis
fondamentalement sure que l’angleterre , la france et
notamment les usa ont toujours ete a travers toute
l’hitoire moderne contre tout mouvement populaire a
travers la planete. Depuis l’arrivee au pouvoir de de
Gaule en france il faut avouer que ce pays a tout de
meme change d’approche vis a vis des mouvements de
liberation et les pays du tiers monde en general, mais
l’angleterre et les usa sont a ce jour toujours les
premiers a denoncer ces mouvements a travers tous les
continents.

Tu me rappelles souvent que les mouvements de
liberation a travers le monde entier ont toujours ete
des instruments de la politique hegemonique de l’union
sovietique, mais tu sembles oublier que quand
l’occident avait justement besoin de l’ours sovietique
il n’a pas hesite une seconde pour s’allier a lui
pour gagner sa guerre contre l’allemagne d’hitler. Et
tout comme l’occident qui avait besoin de l’aide des
socvietiques les mouvements nationalistes n’avaient
aucune autre assistance que celle qu’il recevait du
bloc sovietique surtout dans les annees 50/70. Site
moi un seul pays occidental par exemple qui a apporte
une aide ouverte a la lutte de liberation des
algeriens pendant les 8 annees d’enfer qu’ils ont subi
de 1954 a 1962.Pendant 8 ans la france a utilise les
armes de l’otan pour reduire toutes les forces
nationalistes en algerie. Pas un seul pays occidental
n’avait oppose l’utilisation des armes de l’otan par
la france pendant toute la guerre de liberation
algerienne. Mieux encore pas un seul pays europeen
n’avait accepte de venir au secours des combattants
algeriens ou de simples civils blesses dans cette
guerre. Mais tous les pays socialistes avaient ouvert
leurs hopitaux a ces pauvres blesses de la guerre de
liberation. J’ai visite ces blesses au napalm dans les
hopitaux de l’allemagne de l’est de l’epoque. Il
fallait voir l’etat dans lequel ils etaient avec le
visage et tous le membres completement carbonises par
des bombes au napalm que les usa avaient mis a la
disposition aux forces militaires francaises en
algerie.

La difference entre toi et moi c’est que moi j’ai vecu
la guerre froide alors que toi tu l’a vu a travers les
masses medias occidentales. A aucun moment le fln n’a
affirme son alliance avec le bloc sovietique comme tu
penses. Bien au contraire, le fln a toujours ete tres
jalous de son independence vis a vis des deux blocs.
En 1961 en tant que president de l’association des
etudients du fln j’ai ete instruit par le gouvernement
algerien en exile a tunis de mener une enquete
concernant quelques etudients algeriens manipules par
les services secrets de l’allemagne de l’est en 1961.
Et a la suite de mon rapport ces etudients algeriens
ont ete immediatement rappeles a tunis. Cela te donne
une idee de la position du fln vis a vis du
communisme.

Ce qui me chagrine le plus apres tant d’annees de
conversation avec toi c’est je me demande si jamais
nous arriverons, le monde occidental et le tiers monde
en general, a pouvoir a discuter rationellement tous
les probemes qui divisent cette planete entre les
« haves and have nots ».

J’ai lu avec beaucoup d’attention tes commentaires concernant le candidat de la droite a la presidence de la republique francaise, Nicolas Sarkozi.
Avant meme que je n’arrive a ton passage concernant la comparaison de Sarkozi a Bush je t’avoue que j’avais exactement la meme reaction a cet individu. Ta propre description du caractere de sarkozi me rappelle exactement la description faite du caractere de bush durant sa premiere campagne electorale. Les masses medias americaines nous avaient assourdi avec la droiture morale et le courage politique de bush durant ses deux campagnes electorales. Et tu sais tres bien ou bush nous a mene aussi bien au moyen orient qu’a travers le reste du monde.

Personnellement je pense que Sarkozi suivra exactement la meme tragectoire que bush. Il finira, si il est elu president, a encore diviser plus profondemment le peuple francais qu’il ne l’est deja. C’est un homme politique haineux qui n’attend que son jour au soleil pour regleer tous ses problemes politiques avec tous ceux qui n’etaient pas d’accord avec lui dans le passe.

Pour bien situer Sarkozi il ne faut pas oublier qu’il est apres tout le produit d’une famille hongroise je crois, qui a emmigre en france pour des raisons politiques. Et l’influence de ses parents ne doit pas etre negligee en essayant d’evaluer les valeurs morales et politiques de cet individu.Deja la maniere dont il a gere le ministere de l’interieur ces dernieres annees demontre facilement que cet individu a des tendances fascistes. Mieux encore je pense que sarkozi une fois elu president de la france sera plus a droite que meme Le Pen.

Mais evidemment l’histoire nous dira apres tout qui aura raison en fin de compte dans cette discussion.

La ou je suis d’accord avec toi c’est que jamais les francais ne voteront pour une femme comme president de la republique. Je connais assez bien la societe francaise et je crois qu’elle est aussi anti feminine que les americains,sinon encore plus.

Je ne crois pas que l’on puisse dire que Sarkozy est comme Bush. Il est plus intelligent, mieux articulé, a plus de culture, de profondeur, et vit dans le pays des droits et libertés. Il n’a pas démontré dans son administration comme ministre de l’intérieur les défauts que tu énonces. Comme j’ai dit, on va le salir, le barbouiller, le caricaturiser, mais tout cela ne sera que politique. Dans le fond c’est un homme qui comprend que la France pour sortir de sa morosité actuelle doit couper avec son attitude passée et s’introduire une fois pour toutes dans les grands ensembles politiques d’aujourd’hui. Le temps de l’admiration du nombril est terminé. Sarkozy le sait et il fera ce qu’il doit être fait pour convaincre ses concitoyens. De plus avec un pays comme la France, jamais un président ne pourra faire les bêtises de Bush. Je crois sincèrement que les Français ont de la chance d’avoir un homme politique de la trempe de Sarkozy en ce moment-ci. J’espère qu’ils seront perspicaces pour l’élire.

Je ne crois pas que Ségolène va perdre parce que c’est une femme. Cela est possible, mais je ne connais pas suffisamment les Français pour le savoir. Par contre, tu n’es pas le premier qui m’apporte l’argument macho de pour me dire que les Français ne l’éliront pas. Non, pour moi, elle n’est simplement pas de taille avec Sarkozy. Mêmes’il est plus petit qu’elle, il la dépasse de cent coudées.

Il faudra attendre un an après l’élection de Sarkozy comme président de la France pour juger et savoir qui de nous deux a raison.

Je viens de voir à la télévision une conférence de presse des représentants du soi-disant quartet (l’ONU, les USA, l’Europe et la Russie) organisée par la secrétaire d’état américaine Condileeza Rice. J’ai été absolument malade par toutes les déclarations de ces représentants.

Chaque déclaration se limitait à tout ce que les Palestiniens et même le reste du monde arabe devraient faire pour enfin régler ce conflit et mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens. En aucun moment, je n’ai entendu quelqu’un demander à Israël d’arrêter ses agressions continues ou d’arrêter sa politique de construction de nouveaux établissements israéliens à travers les territoires occupés palestiniens.

Mieux encore les représentants des USA en particulier et de l’Europe bien entendu n’ont pas cessé d’accuser les mouvements palestiniens d’actes terroristes contre Israël, mais ne font aucune allusion aux centaines de civils palestiniens tués tous les jours à Gaza et sur la rive gauche du Jourdain.

L’image finale que m’a laissée cette conférence c’est que ce n’est pas la faute d’Israël si la paix n’existe pas au Moyen Orient mais la faute des Palestiniens, des Syriens et du reste du monde arabe qui refusent de reconnaître l’existence de l’État d’Israël. Pourtant. même les Palestiniens acceptent l’existence de ce pays. Ils ne demandent que leur propre liberté et la fin de l’occupation de leurs pays par Israël, qui certainement n’a pas besoin de la certification des pays arabes pour démontrer son existence. C’est l’inverse qui est en fait la réalité d’aujourd’hui.

Pour commenter ton opinion, je pense qu’il faut faire un court historique de la situation en Palestine et en Israël.La patrie des juifsdans l’Antiquité était la Judée. Conquise par les Romains, qui la renommèrent Palestine, elle fut reprise par les arabes qui y habitent depuis plus de 1,000 ans.

Au 19ième siècle, le mouvement sioniste fut créé avec l’objectif de réinstaller les juifs en Palestine, nonobstant la présence des arabes. Il réussit à convaincre, en 1917, la Société des Nations d’y établir un «foyer national» pour le peuple juif. Les arabes réagirent vivement par des émeutes et une révolte importante au point que le Royaume Uni, à qui le mandat fut confié, mit fin à l’immigration juive en Palestine.

Après l’épouvantable holocauste de la deuxième guerre mondiale, la pression devint grande sur la Grande Bretagne pour autoriser à nouveau la venue des juifs en Palestine. Ce sont les Nations Unies (successeur de la Société des Nations) qui, en 1947, prirent la relève et votèrent, suite à la «nuit des grands couteaux», le partage de la Palestine entre les arabes et les juifs par un vote de 33 voix (aucune arabe) pour, 13 contre et 10 abstentions.Trois états étaient créés: la Palestine, Israël et Jérusalem. À ce moment-là, la Palestine était composée de deux tiers d’arabes et d’un tiers de juifs. Les arabes possédaient 93% de la propriété foncière.

Les pays arabes n’acceptèrent pas la résolution de l’ONU et déclenchèrent la guerre de 1948. Les juifs remportèrent une victoire décisive et en profitèrent pour agrandir leur nouveau pays. Les arabes rejetèrent toute solution de paix et les conflits se succédèrent en 1956, 1967, 1973, 1982, et depuis par les raids terroristes et les représailles israéliennes.

Jérusalem devint partie d’Israël après la «guerre de six jours». Suite à toutes ces guerres, plus de quatre millions d’arabes se retrouvèrent réfugiés et végètent depuis dans des camps dans leur propre pays et les pays arabes voisins. Ils ont perdu leurs terres, leurs maisons et leurs racines.

En 1988, Yasser Arafat, chef de l’Organisation de Libération de la Palestine, accepta de négocier avec Israël une fin à toutes ces chicanes. Il renonça aux actes terroristes et reconnût l’État d’Israël. Les accords d’Oslo furent signés. Le calme revint.

Mais les Israéliens continuèrent à coloniser sauvagement les terres du côté palestinien. Ils s’opposèrent au retour des réfugiés de crainte de perdre la majorité et de mettre en péril l’État d’Israël. La riposte fut l’Intifada.

Puis vint le PM israélien Barak qui se rendit jusqu’à Washington avec Arafat rencontrer le président Clinton qui voulait à tout prix régler le différent israélo-palestinien. Malheureusement, Arafat ne se senti pas suffisamment appuyé par les siens pour accepter la bonne proposition de paix de Clinton.

À son retour, le conflit reprit de plus belle et l’OLP reconnût qu’elle était incapable d’arrêter la violence qui ne faisait que croître.

C’est alors qu’Ariel Sharon arriva à la tête du gouvernement d’Israël. Dur parmi les durs, il engagea une répression israélienne intense, sauvage et hors de proportion par rapport aux actes terroristes commis par la résistance palestinienne.

Finalement, il fit construire untrès haut MUR (toujours en construction) autour du territoire de ses ennemis en empiétant sur leur territoire et en coupant l’accès à leurs champs, à leurs oliveraies et aux autres villes. Plusieurs ghettos furent ainsi créés.

Suite à la mort d’Arafat, les Palestiniens élurent Mahmoud Abbas comme président. Il proposa le retrait israélien des territoires palestiniens, le retour des réfugiés, la trêve (l’Intifada a pris fin), la démocratie, la fin de la corruption, la sécurité intérieure, la libération de milliers de prisonniers palestiniens, l’accès sécuritaire aux travailleurs, l’ouverture des frontières, des négociations pour établir le statut final de ces frontières, etc. Il invita le mouvement de résistance Hamas (les USA et le Canada le qualifient de terroriste) d’oublier la violence et de participer aux élections. Il réclame, aujourd’hui, la démolition du MUR.

L’élection fut démocratique, le Hamas gagna et son chef devint Premier ministre. Mais cette victoire surprise ne fut pas certifiée par les USA, le Canada, la France et d’autres sous prétexte que le Hamas refuse de reconnaître la légitimité d’Israël. Depuis, la répression israélienne continue de plus belle.

Le quartet cherche à faire respecter «la feuille de route» américaine. Et même si lors de la conférence télévisée, il a semblé y avoir de l’uniformité dans les déclarations, ce n’est pas le cas dans la réalité. Il y a de profondes divergences, comme par exemple sur le rôle de la Syrie dans le dénouement de cette affaire. Le quartet devrait aussi tenir compte des propositions de la Ligue arabe.

Je suis d’accord avec toi que les représentants du quartet ont erré en plaçant publiquement tout le fardeau du conflit sur les dos des Palestiniens.

Ils ne sont pas les seuls responsables, comme je viens de le décrire. Tous ces troubles découlent des efforts du mouvement sioniste et de la résolution onusienne de 1947. Ils viennent aussi du fait que les arabes du temps n’ont pas su reconnaître l’importance pour les juifs d’avoir un «foyer national» et su respecter la résolution.

À mon avis, le temps n’est pas à établir les torts mais à trouver des solutions afin que les peuples Israéliens et Palestiniens puissent partager la paix et que les droits de chacun soient respectés.

C’est Itzhak Rabin alors Premier ministre d’Israël qui disaitaprès les accords d’Oslo: «le peuple israélien a prouvé qu’il est possible de faire la paix… La paix est d’abord dans nos prières, mais elle constitue aussi l’aspiration du peuple juif, une aspiration sincère à la paix». Il fut assassiné dans les minutes suivantes.

À bientôt

Claude D