La famille rentre au Canada


La famille rentre au Canada

Au Garden, nous √©tions pay√©s √† la semaine, 52 semaines par ann√©e. Nos douze mois¬∑ de travail comptant exactement 28 jours chacun (total: 336 jours), il restait quatre semaines pour les vacances. Ce ¬ętreizi√®me¬Ľ mois de l’ann√©e, Aline et moi le passions au Canada. A l’occasion de l’un de ces s√©jours, nous avons adopt√© un petit gar√ßon de six semaines. Pierre-Paul, qui a aujourd’hui 35 ans, est un mordu d’informatique, pas d’art lyrique. Cinq ans plus tard, nous avons ramen√© chez nous un deuxi√®me poupon, notre petite √Člisabeth.

En 1967, apr√®s seize ans de vie √† l’√©tranger, le temps √©tait venu de rapatrier la famille. Aline avait le mal du pays. Elle √©tait lasse de l’Europe. Nous d√©cidons alors de vendre la maison de Wembley et de nous reloger √† Pierrefonds. J’y ach√®te un bungalow sur l’emplacement d’une ancienne √©rabli√®re: 30 000 pieds carr√©s de terrain bois√© o√Ļ les enfants pourront s’√©battre. C’est l√† que la m√®re a √©lev√© tranquillement les enfants pendant que le p√®re ne cessait de boucler et d√©boucler ses valises sur trois continents.

Voil√† bien mon seul regret. Pendant que Pierre-Paul et √Člisabeth grandissaient, je n’y √©tais pas. Encore aujourd’hui, j’ai un pincement au cŇďur en y songeant. Je quittais parfois ma famille pour des mois entiers. Aurais-je trouv√© ces absences moins d√©chirantes si les enfants avaient √©t√© plus vieux? Je ne sais pas, mais elles ont √©t√© les seules v√©ritables ombres au tableau de ma vie. J’ajouterai que si Pierre- Paul et √Člisabeth ont aujourd’hui tant de respect et d’affection pour leur p√®re, c’est √† Aline que je le dois.

Chapitre 4: De l’Acadie √† Notre-Dame-de-Gr√Ęce

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire