La Locandiera


Jean-Claude Manaranche

Te souviens-tu de cette salle,
De ce théâtre à quatre sous,
Loin des ors de la capitale.
Mais de ça, nous l’avions absous.
Car blotti dans cette ruelle
De province aux murs italiens
(« Les Marronniers », je me rappelle),
Il abritait des comédiens
Qui partageaient notre jeunesse,
Croquant la vie Ă  pleines dents.
Je revois la scène et la pièce
Comme si nous Ă©tions dedans.

Serrés à la bonne franquette
Sur les bancs Ă©troits des gradins
Nous attendions comme Ă  la fĂŞte
Les trois coups et les baladins.

C’est alors que Mirandoline
Est entrée dans un tourbillon
De rire et de mandoline,
Affolant de son cotillon
Les beaux messieurs de son auberge :
Comte, marquis et chevalier,
Dont deux auraient brûlé un cierge
Pour qu’elle acceptât un collier.

Mais aucun n’eut la préférence
Car elle Ă©chut Ă  un valet :
Le beau Fabrice. Indifférence
Qui fut bien dure Ă  avaler !

Or j’espérais une amourette,
Moi aussi. Mais ce fut fini,
Faute d’échos dans tes mirettes…

Il m’avait bien eu, Goldoni ! !