• À la manière de …

    Que m’apprenez-vous là ? Le Duc serait malade ? Je l’ai pourtant croisé, tantôt, sur l’esplanade. Il portait beau, ma foi, et au vu de son teint, Celui d’un élégant rasé de bon matin, Rose et resplendissant, j’ai bien du mal à croire A pareille nouvelle. En voilà une histoire ! Ah bon ? Vous […]

  • Aurore

    L’espace d’un matin, nous trouver confrontés A une scène vide, aveuglés de silence. Découvrir à nos pieds, tels qu’ils nous sont contés, Ces paysages blancs que bientôt la violence Boursouflera de grès et de schistes naissants. Nous prendre par la main et marquer nos empreintes Pas à pas, prudemment, en nous enhardissant Quand au premier […]

  • Défaillance

    J’ai la mémoire défaillante : J’ai perdu l’éclat de tes yeux ! Distraction vraiment surprenante, Inexplicable, et je m’en veux. Depuis, je cherche et je me ronge En furetant, de-ci, de-là, Dans les empreintes de mes songes Tel un chœur en quête du « la ». Hélas, devant pareille perte Aucune aide n’est proposée : Auprès de […]

  • Désir

      Jean-Claude Manaranche Je voudrais me noyer dans le gouffre d’opale Que je pressens parfois au tréfonds de tes yeux, Me laisser, consentant, piéger à fond de cale Dans les vaisseaux coulés de tous nos jours heureux. Je voudrais m’enivrer aux senteurs de coriandre Que m’offrent tes cheveux caressés par le vent, Me laisser emporter […]

  • Espoir

    Souviens-toi, nous avions vingt ans, Toi tu riais et moi pourtant J’écartais un voile de brume. Tu offrais tes cheveux au vent Alors que moi, le plus souvent, Je sentais poindre l’amertume. D’où tenais-tu ce don précieux De n’emprisonner dans tes yeux Que l’horizon et sa lumière ? De n’y voir que les jours heureux. […]

  • Il te sied

    Il te sied des reflets adoucis et des ombres, Halos tremblants filtrés aux doigts de l’opaline, Effleurant les velours pour y creuser des songes, Modelant et noyant les soies que l’on devine. Il te sied des parfums venus de nos mémoires, Où la rose se mêle au musc et au bois brun, Que l’alchimie distille […]

  • Impossible quête

    J’ai recherché en vain le sceau de tes pieds nus Sur le tapis de Sienne, ocre et blanc, de la plage. Il était effacé. On m’avait prévenu : On dit le vent du soir hostile au badinage. J’ai couru, çà et là, espérant capturer Des traces du parfum ambré de ta poitrine C’était un espoir […]

  • Je voudrais …

    Je voudrais me noyer dans le gouffre d’opale Où parfois je me penche au dessus de tes yeux, Me laisser, consentant, piéger à fond de cale Dans les vaisseaux coulés des souvenirs heureux. Je voudrais m’enivrer des senteurs de coriandre Que m’offrent tes cheveux décoiffés par le vent, Me laisser étourdir en suivant les méandres […]

  • La Locandiera

    Jean-Claude Manaranche Te souviens-tu de cette salle, De ce théâtre à quatre sous, Loin des ors de la capitale. Mais de ça, nous l’avions absous. Car blotti dans cette ruelle De province aux murs italiens (« Les Marronniers », je me rappelle), Il abritait des comédiens Qui partageaient notre jeunesse, Croquant la vie à pleines dents. Je […]

  • La Sorcière

    Fichu de lin, jupon de laine, Des bas troués dans ses sabots, De bon matin j’ai vu Hélène Qui s’en allait aux escargots. Dites moi, c’est bien vrai, ma mère, Qu’elle jette un sort aux garçons En marmonnant près du calvaire Des vieux « Kirie Eleison » ? Tantôt quand je gardais les bêtes Dans […]

  • Larcin

    Pourquoi vous dérober, Madame, à mon regard Alors qu’il fait si bon, et qu’il n’est pas si tard ? Êtes-vous insensible aux roses qui frissonnent, A cette nuit qui tombe, à ces parfums que donne Une armoise endormie dans l’ombre et la fraîcheur ? Pourquoi ne pas goûter cet instant de bonheur ? Donnez-moi votre […]

  • Les lauriers roses de Kerrata

    A mes amis Pieds-Noirs, de Sétif, de Constantine et d’ailleurs… Pardonnez-moi, je n’avais pas Bien mesuré votre souffrance Lorsque se sont croisés nos pas, Vous de « là-bas » et moi de « France ». Vous me décriviez des couleurs, Des parfums et des paysages, Et je n’ai pas vu la douleur Qu’avec pudeur dans […]

  • Les souffles effacés

    J’ai voulu rechercher le sceau de tes pieds nus Sur le tapis de Sienne, ocre et blanc, de la plage. Il était dispersé. On m’avait prévenu : On dit le vent du soir hostile au badinage. J’ai couru, ça et là, espérant capturer Des traces du parfum ambré de ta poitrine : En vain ! […]

  • Livre d’heures

    Laisse-moi feuilleter le livre de tes yeux Cherchant de page en page à lever ses mystères, Comme on ouvrait jadis un manuscrit précieux Dont on osait, ému, découvrir l’inventaire. Laisse-moi y chercher des couleurs, des reflets, Des nuances cachées comme dans ces lettrines Qui révèlent parfois des ors dissimulés Au sein de l’entrelacs que leurs […]

  • Magicienne

    6ème Prix 2006 « Poésie du Point du Jour«  Jean-Claude Manaranche Elle avait des yeux en amande, Une peau brune au goût de miel, Mais, après tout, je me demande Si c’était vraiment l’essentiel. Elle avait surtout la magie De retenir entre ses doigts Les grains de sable de la vie, Et d’offrir ainsi quelquefois Par […]

  • Mykonos revisité

      Jean-Claude Manaranche Je lancerai des ponts sur des fleuves de laine Où dorment les oiseaux que lèveront tes pas ; Je graverai ton nom sur des bois de misaine A la proue de bateaux qui ne chavirent pas. Je tisserai le lin, je manierai l’alêne Pour lever la grand’voile et tendre ses gréements, Et […]

  • Méfions-nous

    3ème Prix Haïku 2008 « Europoésie «  Jean-Claude Manaranche Méfions-nous du penchant de céder à l’invite Des rameaux blancs de givre : Ils se tendent vers nous mais ne peuvent offrir Que des cristaux de rêve.

  • Mélancolie

    C’était le temps de nos vingt ans De l’insouciance et de l’ivresse, Alors que l’avenir pourtant Met un bémol à l’allégresse. Je me souviens de ce sentier Qui serpentait dans les gentianes. Je te surpris à t’extasier, Décoiffée par la tramontane ; « C’est féérique ! Arrêtons-nous ! Je sens des parfums qui m’envoutent ! […]

  • Profumo Di fiore

    Jean-Claude Manaranche Tu as posé tes yeux sur cette fleur naissante Qui s’inclinait vers toi en t’offrant le satin D’une robe drapée de candeur innocente : Et elle s’enflamma au soleil du matin. Tu t’es penchée vers elle, avoue-le, impatiente De laisser son parfum, libéré, t’enivrer. Je t’ai vue lui sourire afin qu’elle y consente […]

  • Que ferons-nous ?

    Que ferons-nous, ma douce Mie, Lorsque seront loin nos vingt ans Et que viendra l’heure où l’on prie, En noir, à la façon d’antan. Quand sonnera, crépusculaire, Dans les vieux décors calfeutrés, L’heure figée des luminaires Des bibelots et des portraits. Que dirons-nous, ma douce Mie, Quand seront morts nos passereaux, Et ces oiseaux de […]

  • Rappelle toi

    1er Prix 2003 « Poésie du Point du Jour » Jean-Claude Manaranche Rappelle toi le vent qui te contait fleurette En t’offrant des parfums de sauge et de lilas Et ce rose à tes joues quand tu lui tenais tête : Je voulais t’abriter ; tu riais aux éclats. Rappelle toi le cours de ce ruisseau bohème […]

  • Rue des Saules

    Si tu voulais flâner avec moi rue des Saules En nous tenant la main aux caprices du vent, Nous saurions retrouver, épaule contre épaule, Le chemin des pavés de la rue Saint-Vincent. Nous saurions déchiffrer sous la mousse et le lierre Les souvenirs gravés des amants de Carco, Et je t’embrasserais à l’ombre de Saint-Pierre […]

  • Séduction

    Tu as posé tes yeux sur cette fleur naissante Qui s’inclinait vers toi en t’offrant le satin D’une robe drapée de candeur innocente : Et elle s’enflamma au soleil du matin. Tu t’es penchée vers elle, avoue-le, impatiente De laisser son parfum, libéré, t’enivrer. Je t’ai vue lui sourire afin qu’elle y consente : Ton […]