Larcin


Pourquoi vous dérober, Madame, à mon regard
Alors qu’il fait si bon, et qu’il n’est pas si tard ?
ĂŠtes-vous insensible aux roses qui frissonnent,
A cette nuit qui tombe, Ă  ces parfums que donne
Une armoise endormie dans l’ombre et la fraîcheur ?
Pourquoi ne pas goûter cet instant de bonheur ?

Donnez-moi votre main, ne soyez pas farouche,
Je ne veux qu’exprimer cet émoi qui me touche !
Laissons-nous simplement savourer la douceur
D’un moment dérobé au temps…tels des voleurs