La jeunesse


Claude est très heureux au collège et l’apprécie de plus en plus. Il a une bonne impression des frères. Il y a le frère Marc, le premier qu’il a rencontré et qui l’a si bien conseillé; le frère Clément responsable du corps de cadets et du festival annuel; le frère Grégoire qui, en plus de ses activités de classe et de chorale, est calé en littérature anglaise, britannique et américaine et enseigne les auteurs Alan Edgar Poe, Shakespeare, Mark Twain… tout en étant chargé du club de ski et du groupe des enfants de choeur; le frère Herménégilde, titulaire de classe; le frère Bernard; le frère Gilles responsable du pensionnat; le frère Ubald, titulaire de classe et grand sportif même s’il est petit et gras ; le frère Militus, dit Titus, un tout petit homme grassouillet et très chaleureux; le frère Louis, dit ti-oui, qui enseigne le français et dirige la société de littérature française; le frère Bérard et le calcul mental; le frère Hector, dit «midi-moins-cinq» (il a un problème au cou), qui enseigne les mathématiques; le frère Roméo, responsable de la dactylographie; les biologistes frère Claude et frère Marcel; le frère directeur Alexandre aussi biologiste et botaniste qui a été un proche collaborateur du frère Marie-Victorinet fait les dessins de son livre «La Flore Laurentienne»; un autre frère Claude, l’infirmier; le frère Exupert au cours commercial; le frère Robert, mathématicien et astronome renommé; le frère Omer qui a été directeur; le frère David de la famille de la biscuiterie David et qui deviendra directeur du collège; le frère Henri, de la famille des assurances Tanguay, qui a été directeur du pensionnat, enseignant, responsable des cheerleaderset qui encourage Claude dans ses activités; le frère Urbain et le frère Eusèbe, responsables de la discipline lors des récréations; le frère Benoît, ex-missionnaire au Japon, professeur de philosophie et de chimie; le grand frère Jean qui enseigne la physique et est expert en électronique; le frère Norbert, responsable de la fanfare; le frère Edmond du nom de Ange-Albert Thibault, futur missionnaire en Haïti, frangin du frère Eusebius qui est le photographe du collège, professeur d’anglais et qui ne parle qu’en anglais en toutes circonstances pour forcer ses interlocuteurs à utiliser cette langue; le frère Charles, responsable de l’académie musicale; le frère Hermas, grand franco-américain qui enseigne l’anglais et la littérature américaine; le frère Gédéon, artiste peintre réputé, qui enseigne le dessin et de qui Claude suivra ses cours de peinture; le frère Ovide, organisateur d’excursions à l’extérieur du collège.

Claude a beaucoup d’admiration pour le corps professoral du collège qui est composé des meilleurs enseignants de la communauté des Frères des Écoles Chrétiennes. Elle les recrute dans ses autres écoles et les assigne au Mont-Saint-Louis, son collège de prestige qui fait sa renommée. Cinquante ans plus tard, Claude se rappellera, tout comme la plupart des anciens élèves, du nom, de la responsabilité et de la physionomie de chacun des frères qu’il aura rencontrés.

S’ajoutent à eux quelques bons professeurs laïques engagés par la direction du collège pour compléter le curriculum des sujets enseignés. Parmi eux, il y a M. Belletête, directeur d’une école privée à Montréal, qui enseigne le latin; M. Marcel Sicotte qui enseigne les secrets de l’Espace et M. Genest qui professe la littérature.

Claude est fascinĂ© par les connaissances des frères et leur souplesse intellectuelle. Il les voit passer de la chimie Ă  la philosophie, aux mathĂ©matiques, au français, Ă  l’anglais, Ă  la physique, de titulaires de classe au théâtre, d’enseignant Ă  surveillant et ainsi de suite. Ils connaissent tous les sports, les pratiquent et savent comment coacher les Ă©lèves. Ce sont de vrais pĂ©dagogues qui dosent bien Ă©tudes et sports. D’après lui, ils sont tous bons. Il est Ă©merveillĂ© par le dĂ©vouement, l’esprit de service, la gĂ©nĂ©rositĂ©, l’ouverture, l’intelligence et le gros bon sens de ces hommes. Il sait qu’ils ont fait des vĹ“ux perpĂ©tuels de chastetĂ©, de pauvretĂ© et d’obĂ©issance en entrant dans la communautĂ© et respectent toujours les objectifs de leur fondateur. Il remarque qu’ils portent toujours avec fiertĂ© le costume des Frères des Écoles ChrĂ©tiennes, une longue soutane noire Ă  boutons avec un collet blanc muni d’un rabat divisĂ© en deux sections rigides que les Ă©lèves nomment « les bavettes».

Claude est impressionné par les anciens élèves du collège qui reviennent tous les ans à leur alma mater et qui ont créé l’Association des Anciens Élèves du Mont-Saint-Louis. Ils parlent avec beaucoup de nostalgie de leur bon temps au collège et des frères de leur temps. Ils vantent les succès que remportent les anciens dans les affaires, en politique ou dans d’autres domaines et pour eux «c’est à cause du Mont-Saint-Louis». Ils aiment se rencontrer au «salon des anciens» situé dans le bâtiment du nouveau gymnase. Claude apprend qu’ils s’entraident dans la vie, dans les affaires et que ces forts liens de solidarité et d’amitié découlent de leur passage au collège.