Amsterdam


Amsterdam est la capitale des Pays-Bas. C’est une ville bouillonnante d’activité qui compte près de 800,000 habitants. Son noyau historique est des plus importants. Peu de villes donnent une place si marquante à l’eau.

Les habitants de la ville ont souvent travaillé comme marins pour les marchands des villes allemandes de la Hanse jusqu’au moment où ils comprirent qu’ils pouvaient gagner plus d’argent en étant eux-mêmes les marchands. Au XVIe siècle, Amsterdam est un port actif pour l’Europe du nord-ouest grâce au commerce actif du grain de la région de la Baltique, de la laine d’Angleterre, du vin et du sel de France. Lorsque les ports espagnols et portugais furent fermés durant la guerre de Quatre-vingt Ans, les néerlandais, allèrent eux-mêmes à la recherche de nouveaux continents. Ce fut le début du siècle d’Or durant lequel Amsterdam devint le port le plus important du monde, poste qu’elle conserva jusqu’en 1700. Plus des deux tiers de la ville datent de l’époque de ce siècle.

L’Afrique, l’Asie et l’Amérique devinrent les cibles des néerlandais. Ils fondèrent la ville de la nouvelle Amsterdam et l’actuelle ville de New York qui fut vendue, plus tard, aux Anglais. Ils établirent, entre autres, des colonies au Brésil, en Afrique du Sud. Le développement de la navigation entraîna celui de la fabrication des cartes et des globes et Amsterdam devint le spécialiste mondial de cette activité avec de grands géographes.

Au XVIIe siècle, la puissance maritime d’Amsterdam est en déclin, mais, heureusement, ses richesses accumulées lui permettent de résister longtemps aux effets de la décadence économique. En 1795, la France l’envahit et Napoléon nomme son frère Louis, roi d’Hollande. Celui-ci s’installe à Amsterdam qui devient la capitale du royaume et l’empereur décrète qu’Amsterdam est la troisième ville de l’Empire français. Mais la guerre contre Napoléon, et particulièrement le blocus continental décrété par l’Angleterre ruine son commerce. La population se soulève en 1813 et nomme Guillaume 1er, prince d’Orange, souverain.

Ce n’est que dans la deuxième moitié du XIXe siècle que la ville sort de la longue léthargie économique. Un nouveau canal reliant la mer est construit. Le commerce maritime reprend, l’industrie du diamant revit, les chemins de fer sont développés. Puis, le début du siècle suivant inaugure l’ère moderne de l’architecture et de nouveaux quartiers sont édifiés. Mais la deuxième guerre mondiale arrête cet élan et touche durement la ville. Plus de 170,000 juifs sont déportés dont Anne Frank.

L’après-guerre voit Amsterdam se relever magnifiquement. Elle s’adonne au tourisme, à la technologie médicale et à des activités métallurgiques, graphiques et alimentaires. Le canal d’Amsterdam au Rhin est achevé, un tunnel routier pour automobiles passe sous l’IJ, une ligne de métro est inaugurée, des banlieues modernes viennent se greffer à la ville, ses universités et ses écoles comptent plus de 40,000 étudiants.

 
 

Plus de 88 photos composent l’album « Amsterdam » et peuvent être vues au lien suivant:

Amsterdam