16 février 2010


Cette conversation porte sur la pseudo implosion du parti démocrate américain suite à un an de pouvoir.

le 16 février 2010

Mansour: Cher ami,Qui aurait pense qu’apres moins d’un an de pouvoir absolu du parti democratique nous allions etre temoins d’une veritable implosion de ce parti. Avec la victoire incroyable du premier candidat noire a la presidence il y a a peine une annee et cette victoire renforcee par les majorites ecrasantes realisees par les democrates au congres, nous assistons aujourd’hui a l’effondrement dramatique de ce parti. Les elections legislatives prevues pour novembre prochain vont certainement nous confirmer que les democrates ont totalement perdu la confiance du public americain, avec bien entendu les efforts continus des masses medias americaines qui veulent creer toute sorte de crise politique, juste pour remettre le parti republicain en concurrence avec les democrates.Ce qui est totalement immorale de la part de ces masses medias c’est que le parti republicain, qu’elles veulent a tout pri- rehabilite, n’offre absolument aucun programme a long terme pour cette societe, tout en donnant de veritables solutions au- problemes economiques et financiers que ce pays doit confronter dans les annees a venir.

Claude: Je comprends ton raisonnement en prédisant la descente aux enfers du parti démocrate américain. Implosion est un mot trop fort qui ne décrit pas la situation. Problème électoral oui, mais rien qui ne se corrige pas. Il est vrai que le temps est court et que la démagogie qu’à lancée la droite sur les démocrates prend racines, mais n’est-ce pas le jeu normal de la politique des USA ? Et même si dans une telle situation, on peut deviner ce qui arrivera en novembre prochain, est-on sûr que le scénario se développera comme imaginer ? Je demeure confiant dans les capacités de la stratégie électorale du groupe d’Obama. À ce jour, depuis son accès à la Maison Blanche, le président et les démocrates n’ont pas répondu aux insinuations et aux attaques des républicains et de leurs supporteurs. Ils ont eu libre cour à dire n’importe quoi, surtout en laissant les teapartyers et l’ensemble de la droite religieuse dire n’importe quoi et amplifier davantage leurs sornettes démagogiques. Mais ce temps est révolu et dorénavant ce sera pierre pour pierre. Les démocrates ne laissent plus rien passer, et surtout sont prêts à affronter les républicains au congrès en proposant leur législation qui résultent des promesses faites durant la dernie`re élection présidentielle.

Mansour: Mais le vrai pouvoir politique aux usa est aujourd’hui entre les mains de ces masses medias. Elles ont le pouvoir de detruire n’importe homme politique du jour au lendemain. Ces memes masses medias sont les seules forces capables de creer des crises nationales non e-istantes. Quelles que soient les decisions prises par Obama, les masses medias sont toujours pretes pour les denoncer meme quand ces decisions avaient ete promues par ces memes masses medias dans le passe.

Claude: Comme d’habitude tu donnes trop d’importance aux mass-médias en les culpabilisant pour la mauvaise fortune que connaît Obama comme s’il le faisait exprès. Le problème des mass-médias est qu’ils sont plus des rapporteurs que de vrais journalistes. Souventes fois, ils ne font que rapporter les propos d’un politicien sans discernement à savoir si c’est juste ou faux. Ce n’est pas une stratégie anti-Obama planifiée dans des bureaux d’éditorialistes, mais un besoin malheureusement grandissant de remplir du temps sur les ondes ou des colonnes sur le papier. Tous les partis en sont victimes. Même McCain subit actuellement la foudre journalistique en rapport avec sa réélection car l’emphase est mise sur les propos des conservateurs d’extrême droite qui veulent le challenger.

Mansour: Le traitement du fameu- terroriste nigerian par l’administration Obama est le dernier e-emple du comportement immoral de ces masses medias. Avant cet attentat rate, les masses medias supportaient avec antousiame l’abandon de la politique de bush-Cheanny autorisant l’utilisation de la torture pour avoir des informations sur l’organisation et le fonctionnement d’al Quaida. Mais juste apres l’arrestation du Nigerian sur le sol americain, ces memes masses medias ont monte toute une campagne pour denoncer le comportement de l’administration Obama pour tout simplement utiliser les memes methodes que bush avait utilise face au probleme du fameu- « shoe bomber!!! »Que l’inculpe nigerian coopere avec les autorites americaines de securite ou pas, le president Obama, a ce jour est decrit par ces masses medias comme un homme faible face au terrorisme international, malgre le fait qu’en moins d’un an son administration a deja fait plus de progres en elliminants un grand nombre de chefs importants de cette organisation que bush pendant tout ses 2 mandats.

Claude: Je crois que tu généralises trop et n’écoute que ce qui est dit contre Obama. J’ai l’impression que tu te syntonises sur Fox News ou Rush Limbaugh à la journée longue. Il s’en dit des conneries aux USA envers les politiciens. Mais si quelqu’un sait que ce n’est pas limité à ce pays, c’est bien toi. Les politiciens français et la presse française n’ont rien à envié aux américains. Il semble malheureusement que dans le monde de communications d’aujourd’hui cela est inévitable. En tout cas, je comprends ces hommes et ces femmes qui ont goûté à la politique et qui refusent un nouveau mandat car ils ne sont pas à l’aise avec cet atmosphère politicienne pourrie.

Mansour: Mais les masses medias americaines refusent a ce jour de reconnaitre qu’Obama a fait beaucoup plus pour affaiblir les mouvements islamistes a travers le monde entier que durant les deu- mendats de bush. Quand un chef important de ce mouvement est tue ou arrete, les masses medias n’hesitent pas a nous l’annoncer comme un tres grande victoire dans la guerre contre les islamistes du monde, mais jamais ces memes masses medias n’accordent a Obama une reconnaissance quelqueconque a ces victoires.

Claude: Cela viendra.

Mansour: Ceci etant dit il faut tout de meme reconnaitre que le parti democratique et son chef Obama ont vraiment echoue a tout point de vue dans la guerre mediatique qui etait previsible, surtout apres l’arrivee d’un noir a la maison blanche.Les democrates avaient la majorite supreme au senat et a l’assemblee des representants. Et pourtant a ce jour les programmes importants pour Obama ont tous ete immascules ou tout simplement etouffes par ces majorites democratiques. Les democrates avaient le pouvoir au senat aussi bien qu’a l’assemblee des representants de passer une reforme du systeme de la sante, sans aucune aide des republicains, qui etaient determines des le depart a derailler ce programme. Et a ce jour nous ne savons pas ce que ces democrates vont nous pondre a la derniere minute.

Claude: Tu as raison. La politique du «non» des républicains a porté fruits et jamais cela aurait dû être tolérer. Obama a fait l’erreur de chercher un appui pour ses lois sociales. Ils croyaient que finalement les républicains lui apporteraient le même appui qu’ont reçu les ex-présidents américains qui ont proposé des lois sociales de l’opposition. La différence est que la gang actuel d’élus républicains pense plus à sa réélection que de rendre service à la population. Et avec mouvement teaparty qui les menace puisqu’il peut diviser la base de leurs votes, ils se plient comme des lâches devant leurs complaintes injustifiées et oublient leurs responsabilités. Ce jeu ne se joue que pour une période de temps. Viendra le jour, où la politique du non sera dénoncée et je crois que ce jour est proche.

Mansour: Entre temps les masses medias se rejouissent de cette carrence des democrates et font tout pour remettre en cause le principe meme d’une reforme de la sante, qui est absolument indispensable pour cette societe si elle v eut vraiment rester competitive economiquement a travers le monde entier. Ne parlons pas du comportement honteux de ces masses medias dans le domaine de la lutte contre la plus grande recession que ce pays a connu depuis les anees noires de 20-30. A aucun moment ces masses medias n’ont eu la decence d’au moins reconnaitre qu’Obama avait herite un deficit budgetaire de son predecesseur depassant les 1000 milliards de dollars.

Claude: J’ai l’impression que j’entends de plus en plus certains journalistes parler de l’héritage véreux qu’à reçu Obama de Bush. J’ai l’impression que l’équipe électorale démocrate aidant, que cela sera rappelé aux électeurs américains. Mais de toute façon, il ne faut pas oublier, qu’en période de difficultés économiques, les politiciens au pouvoir ont toujours des difficultés électorales qu’ils soient responsables ou non de la situation.

Mansour: Il devait en meme temps essayer de stabiliser le monde financier, qui etait sur le point de s ‘effondrer, tout en essayant de soulager les millions de chomeurs americains. .A chaque fois que le pauvre Obama lancait un programme necessaire pour eviter le pire, les masses medias lui sont tombe sur le dos, comme si c’etait lui le responsable de cette situation economique et financiere dans laquelle il doit naviguer. Son programme pour la relance de l’emploi a ete en meme temps denonce comme trop couteu- d’un cote et insuffisant de l’autre pour repondre au- besoins reels des americains. Quelle hypocrisie de la part de ces masses medias.

Claude: Oui l’hypocrisie est rampante.

Mansour: Finalement je voudrais te dire que ces masses medias sont d’un cote le veritable pouvoir politique au- usa et que d’autre part ses memes masses medias sont apres tout les proprietes des comglomerats financiers et economiques americains. Contrairement a la france par eXemple qui a apres tous des journauX comme le temoignage chertien, ou liberation, l’amerique n’a rien de tout cela. Nous ne pouvons entendre que la voiX des financiers et des speculateurs de la bourse de New York

Claude: Je ne sais pas si tu suis l’élection régionale qui commence en France, mais je veux te dire que ce n’est pas rose et que les arguments volent bas. Sans parler de la prochaine élection présidentielle qui est déjà commencée. Sarkozy y goute quotidiennement ou presque. Et ce n’est pas fini. Comme je te l’ai dit préalablement, le monde des communications d’aujourd’hui favorise le lancement de rumeurs et d’attaques de toutes sortes qu’elles soient vraies ou fausses. C’est là le drame.

À bientôt

Claude