le 16 avril 2002


Ce dialogue traite de la renaissance des Berbères d’Algérie et de la stratégie américaine au Moyen-Orient.

le 16 avril 2002

Mansour: Comme je te l’avais promis dernièrement, j’aborde aujourd’hui la situation en Kabylie. Comme prĂ©vu les deux assemblĂ©es « rubber stamp » de Bouteflika ont approuvĂ© un amendement Ă  la constitution Ă  main levĂ©e pour Ă©lever la langue Amazigh au niveau de langue nationale. C’est certainement un pas en avant dans marche vers la rĂ©conciliation entre les BerbĂ©rophones et les arabophones de l’AlgĂ©rie. Mais comme on dit toujours  » the devil is in the details ». Et c’est lĂ  oĂą je commence Ă  croire que cette victoire du mouvement Kabyle n’est qu’Ă©phĂ©mère. Car en fin de compte cet amendement ne donne que le droit aux Berbères de parler leurs langues chez eux, comme s’ils avaient Ă©tĂ© interdits de la parler par la constitution passĂ©e. Depuis le temps des Romains, les Kabyles en particulier ont continuĂ© Ă  parler leur langue quotidiennement chez eux. Mais les Berbères algĂ©riens demandent bien plus que cela. Ils veulent la renaissance de la langue originale de ce peuple algĂ©rien suite Ă  tous les siècles oĂą les islamistes ont tout fait pour la dĂ©truire. Et cette volontĂ©, aujourd’hui, des islamistes de dĂ©truire tout ce qui n’est pas arabe en AlgĂ©rie est plus forte que jamais.

Claude: Cette affirmation Ă  l’effet que les islamistes veulent dĂ©truire tout ce qui n’est pas arabe AlgĂ©rie me surprend et surtout m’explique, enfin, les raisons des massacres de la population au cours des dix dernières annĂ©es par les bandes islamistes armĂ©es. Je ne suis jamais arrivĂ© Ă  comprendre l’objectif des massacres. Pour moi, il Ă©tait invraisemblable que l’on s’attaque Ă  son propre peuple et surtout aux plus dĂ©munis comme les femmes, les vieux et les jeunes. Est-ce que je comprends bien ce que tu me dis? Les 100,000 morts sont des non arabes comme les Berbères, et c’est la raison pour laquelle ils ont Ă©tĂ© les victimes choisies mĂŞme s’ils Ă©taient musulmans? J’ai toujours crĂ» que les islamistes ne faisaient pas de telles distinctions et que leur mouvement Ă©tait ouvert aux extrĂ©mistes religieux de toutes races Ă  la condition que le Coran soit la religion. Veuille, SVP, me prĂ©ciser ta pensĂ©e lĂ -dessus!

Mansour: Si les partis islamistes ont votĂ© pour cet amendement c’est qu’ils savent que ce n’est qu’un geste symbolique qui ne remet certainement pas en cause leur volontĂ© d’arabiser et d’islamiser toutes les populations qui composent la nation algĂ©rienne d’aujourd’hui. A commencer par Bouteflika en passant par les partis du rĂ©gime comme le RND et surtout le FLN, sans oublier les partis islamistes agrĂ©Ă©s, tous n’ont certainement pas l’intention de donner une chance quelconque Ă  cette seule langue ancestrale du pays de se rĂ©affirmer dans ce pays. Et tant que l’arabo-islamisme qui est majoritaire dans ce pays n’acceptera pas sincèrement la nĂ©cessitĂ© d’une renaissance du berbère, je ne vois pas comment ce texte pourrait changer quoi que ce soit dans l’Ă©quation identitaire que l’AlgĂ©rie doit un jour ou l’autre rĂ©gler d’une manière dĂ©finitive. De plus tu sais très bien que dans des pays comme l’AlgĂ©rie la constitution et mĂŞme les lois fondamentales ne valent pas plus que le papier sur lequel elles sont Ă©crites.

Claude: Oui, je sais cela et c’est la raison des problèmes qui surgissent de partout. Les dirigeants ne respectent pas les constitutions et agissent comme si le gouvernement Ă©tait leur entreprise personnelle. Comme je disais dans mon dernier message, il faut Ă  tout prix remplacer tous ces gouvernements fantoches et j’ai bonne confiance que le dĂ©sordre actuel accentuĂ© suite aux combats des Palestiniens, qui ne sont plus appuyĂ©s par d’autres pays et qui se retrouvent, pour la première fois, seuls dans la guerre Sharon, soulèvera les foules, les jeunes et les personnes de bonne foi et renversera quelques uns de ces profiteurs. Ce sera le dĂ©but. Je l’espère fortement.

Mansour: Si demain Bouteflika change d’avis et il n’appartiendra qu’à lui de regrouper les deux assembles, soi-disant garantes de la perpĂ©tuitĂ© de la nation algĂ©rienne, pour tout remettre en cause dans les mĂŞmes conditions. MĂŞme les arabophones n’ont pas Ă©tĂ© consultĂ©s sur un sujet aussi fondamental. Nous n’avons pas seulement des cours de justice kangourous mais nous avons aussi des constitutions nationales kangourous. Comme tu vois nous avons encore un très long chemin Ă  parcourir pour vraiment construire un Ă©tat de droit en AlgĂ©rie. Et je me demande souvent si nous y arriverons un jour, quand je vois comment nos chefs d’aujourd’hui Ă©laborent les lois et les mettent en oeuvre. Nous avons un Ă©tat bâti sur du sable, comme les châteaux en Espagne. Et c’est cela qui me fait le plus mal au coeur. Depuis mon très jeune age j’ai combattu pour une AlgĂ©rie indĂ©pendante mais avec les principes de Voltaire, Diderot et les Jules Ferry et je me rends compte Ă  la fin de mon combat que j’ai fait faillite, car nous sommes très loin de construire une nation Ă  l’image de ces principes en AlgĂ©rie.

Claude: Je te comprends mais tu sais fort bien que Rome ne s’est pas construite en une seule journĂ©e. Alors ne dĂ©sespère jamais mĂŞme si les changements majeurs que tu espères n’arrivent pas aussi vite que tu aimerais. Il faut quand mĂŞme admettre que depuis 1962 beaucoup de changements ont Ă©tĂ© faits et que la situation devient plus claire et s’amĂ©liore considĂ©rablement. Avant de jeter la pierre dĂ©finitivement Ă  Bouteflika, je lui donnerais le temps de retrouver son courage pour prendre les dĂ©cisions qui doivent ĂŞtre prises. Il faut reconnaĂ®tre qu’il a eu un certain leadership on faisant du Tamazight une langue nationale. Ce n’est pas la fin, mais le dĂ©but….

Mansour: Ceci Ă©tant dit je t’annonce que les dirigeants du mouvement Kabyles on apparemment suivi ton conseil, puisqu’ils ont acceptĂ© de se rendre aux autoritĂ©s sĂ©curitaires du pays pour empĂŞcher justement que le mouvement ne soit poussĂ© vers une lutte armĂ©e. Mais je ne sais pas ce que cela donnera comme rĂ©sultat. Je suis assez vieux pour me rappeler que le mouvement nationaliste algĂ©rien avait aussi tentĂ© cette approche pacifique vis-Ă -vis des colonialistes français, mais en fin de compte ils ont Ă©tĂ© emportĂ©s par les » jeunes turques » qui ontprĂ©fĂ©rĂ© prendre le maquis dĂ©jĂ  en 1947 plutĂ´t que de se rendre aux autoritĂ©s policières françaises, y compris mon frère aĂ®nĂ©, SaĂŻd, qui a passĂ© plus de 2 ans au maquis avant de se faire arrĂŞter en 1950, dans un marchĂ© hebdomadaire oĂą il devait faire un discours politique pour encourager les Kabyles Ă  s’organiser pour une lutte armĂ©e contre le colonialisme français. La suite des Ă©vĂ©nements dĂ©pendra du rĂ©gime de Bouteflika. S’il continue Ă  arrĂŞter tous les dirigeants du mouvement Kabyle et ses sympathisants comme c’est le cas Ă  ce jour, alors je doute que la voie pacifique aura le dernier mot dans ce conflit. Figures-toi que justement le rĂ©gime est très conscient des rĂ©percussions internationales d’un mouvement pacifique kabyle et il fera tout pour justement forcer ce mouvement Ă  utiliser d’autre moyens pour continuer sa lutte.

Claude: Je suis heureux de constater que la voie de la non-violence est choisie. Autant tes chefs que le gouvernement connaissent la force d’une telle politique. Il me semble que le gouvernement a peur et ne sait pas quoi faire! Il faut continuer Ă  appliquer la pression pour augmenter la crainte. J’espère aussi qu’un chef charismatique se lèvera pour ĂŞtre le leader, devenir l’image de cette rĂ©volte et ĂŞtre capable de calmer les  » jeunes turcs  » dont tu parles. Gandhi a eu lui aussi ses  » jeunes turcs  » et ces idĂ©alistes mal-pensants ont crĂ©Ă© de grands torts aux campagnes de Gandhi qui a dĂ» faire un long jeĂ»ne pour les arrĂŞter. Il a gagnĂ© car il approchait de la mort et la presse mondiale l’a tellement publicisĂ© que les jeunes ont finalement jetĂ© leurs armes et ont arrĂŞtĂ© leurs actions violentes pour lui sauver la vie. Il s’agissait, comme tu sais, de jeunes musulmans, ce qui prĂ©sageait des troubles Ă  venir entre les hindous et les musulmans.

Mansour: Pour revenir Ă  l’amendement de la constitution, je te signale que jusqu’Ă  ce jour les Kabyles n’ont pas le droit de se dĂ©fendre eux mĂŞme dans leur langue devant les tribunaux algĂ©riens. Est-ce que tu penses rĂ©ellement que Bouteflika demandera demain Ă  tout le système judiciaire algĂ©rien d’accepter de remettre en cause la suprĂ©matie absolue de la langue arabe dans ce système ? Plus grave encore, est-ce que tu penses que le gouvernement de Bouteflika donnera les mĂŞmes chances au Kabyle dans le financement du système Ă©ducatif du pays ? Et comme tu es un rompu de la politique comment peux-tu concevoir le rĂ©Ă©quilibrage des forces politiques du pays pour donner une place honorable aux Kabyles, que ce soit dans l’administration, les rouages du pouvoir et surtout dans les services de sĂ©curitĂ© du pays.

Claude: Oui tout cela arrivera si les Kabyles mènent une bonne bataille et gagnent. Car les gouvernements ne bougent que par nĂ©cessitĂ© et agissent pour refroidir les points chauds, calmer les esprits, et faire plaisir aux Ă©lecteurs afin de pouvoir gouverner dans le calme et pour longtemps. Les crises Ă©courtent souvent la vie des politiciens au pouvoir. Les politiciens le savent et comme leur but est le pouvoir, ils agissent toujours pour les Ă©viter. C’est pour cela que les manifestations, les rĂ©voltes, les pĂ©titions, les contestations et mĂŞme les Ă©ditoriaux de journaux ont des effets sur les politiques. C’est comme cela chez nous, c’est comme cela partout et je crois que c’est comme cela en AlgĂ©rie. Alors il faut agir intelligemment, maintenir le cap et ne pas oublier la destination. Il faut faire tout ce que l’on peut faire dans une sĂ©quence efficace et progressive capable d’augmenter petit Ă  petit la tension chez les dirigeants afin qu’ils ne perdent pas la tĂŞte mais comprennent que la solution la meilleure est de reconnaĂ®tre le bien-fondĂ© des revendications.

Mansour: Personnellement, je t’avoue que je ne vois pas ce jour venir d’aussitĂ´t. Nous avons encore beaucoup de tempĂŞtes Ă  surmonter avant de voir la lumière au bout du tunnel comme on dit. Je sais que ce ne sera pas de mon vivant en tous les cas. Mais je pense que malgrĂ© toutes les tempĂŞtes que l’AlgĂ©rie se crĂ©e aujourd’hui, elle a au moins le courage de poser les vrais problèmes contrairement au reste du monde arabo-musulman. Quitte Ă  aller vers l’autodestruction, le peuple algĂ©rien n’hĂ©site pas a confronter les problèmes les plus importants qu’il rencontre et, lĂ  encore, je crois que nous devons cela Ă  la mission civilisatrice de la France qui nous a appris a dĂ©fendre nos principes mĂŞme quand nous n’avons aucune chance de gagner la bataille.

Claude: Je te vois très rĂ©aliste en me confirmant que dans le fond la situation s’amĂ©liore et qu’il est bon que ton pays regarde ses problèmes en face. Probablement que la culture française y est pour quelque chose mais je crois surtout que l’intelligence du peuple algĂ©rien y est pour beaucoup.

Mansour: Je crois que la rĂ©ception de Powell dans les capitales arabes dĂ©montre Ă  quel point mon analyse, dans la première partie de mon message, est correcte du moins pour le moment.Je sais que les rĂ©gimes arabes que Powell a dĂ©cidĂ© de visiter ne sont que des esclaves de l’impĂ©rialisme amĂ©ricain, mais mĂŞme cela ne lui facilitera la tache. Il reviendra certainement de son voyage au Moyen-orient avec un semblant de cessez le feu, mais ni les populations arabes Ă  travers le monde et encore moins le peuple Palestinien n’oublieront de sitĂ´t la collaboration des AmĂ©ricains avec Sharon dans cette offensive contre les Palestiniens. MĂŞme le roi du Maroc, pourtant son père a Ă©tĂ© l’un des premiers chef d’Ă©tat arabe Ă  collaborer avec IsraĂ«l dans le domaine de la sĂ©curitĂ© d’IsraĂ«l, n’a pu s’empĂŞcher de demander Ă  Powell pourquoi il n’avait pas commencĂ© son pĂ©riple diplomatique Ă  JĂ©rusalem, sous entendant par lĂ  que la Maison Blanche donnait ouvertement le temps Ă  Sharon de faire le plus de mal possible aux Palestiniens avant de se rendre finalementĂ  JĂ©rusalem.

Claude: Je suis totalement en accord avec toi. Ă€ les voir Ă  la tĂ©lĂ©, il me semble que Powell et le State Department ne sont pas bien leur peau. J’ai l’impression que c’est ti-Bush, sa conseillère et certains dirigeants rĂ©publicains qui Ă©tablissent la politique que le pays suit dans cette crise importante. A mon humble avis, je crois que l’objectif rĂ©el est d’obtenir le vote juif, normalement dĂ©mocrate, pour les rĂ©publicains aux prochaines Ă©lections. Cela peut changer les rĂ©sultats de New York, de la Californie et de d’autres États et assurer Ă  ti-Bush sa rĂ©Ă©lection. Il espère augmenter aussi son nombre de votes et ne plus vivre les problèmes qu’il a vĂ©cus lorsqu’il fut Ă©lu la première fois. Ă€ mon avis, c’est un boomerang qui leur reviendra sur le nez avant les Ă©lections !

Mansour: Mieux encore cette reddition amĂ©ricaine au lobby juif a donnĂ© une occasion en or Ă  un bonhomme comme Saddam Hussein de se prĂ©senter aujourd’hui comme le seul rempart arabe contre la coalition amĂ©ricano israĂ©lienne. Alors que les rĂ©gimes amorphes arabes supplient l’administration amĂ©ricaine d’imposer le retrait des troupes israĂ©liennes en Cisjordanie, en vain, Saddam Hussein prend l’initiative d’arrĂŞter toute exportation de pĂ©trole vers l’AmĂ©rique en particulier pendant un mois. Je dĂ©teste cet homme autant qu’Hitler, sinon plus, mais je reconnais qu’il a marquĂ© des points importants au niveau de l’opinion arabe Ă  travers le monde arabe par ce geste symbolique. Il n’a pas envoyĂ© ses gardes rĂ©publicaines pour dĂ©fendre les pauvres populations palestiniennes mais il a tout de mĂŞme dĂ©montrĂ© que le monde arabe Ă©tait plus hypocrite que son rĂ©gime car il a eu au moins le courage de brandir l’arme du pĂ©trole pour rappeler Ă  l’AmĂ©rique que son intĂ©rĂŞt stratĂ©gique dans la rĂ©gion ne rĂ©side pas dans l’appui inconditionnel Ă  l’Ă©tat d’IsraĂ«l mais dans les dĂ©serts de la pĂ©ninsule arabique avec les rĂ©serves illimitĂ©es de pĂ©trole et de gaz. Si seulement les Saoudiens et les roitelets du golf , tout en incluant les pays comme l’Égypte, la Libye et mĂŞme l’AlgĂ©rie, pouvaient un jour se rendre compte de l’arme qu’ils ont entre leurs mains, ils seraient capables de redonner enfin un peu d’honneur et de dignitĂ© aux populations qu’ils sont censĂ©s reprĂ©senter. Mais ce jour lĂ  viendra un jour ou l’autre.

Claude: Il est surprenant de voir les agissements de chacun des joueurs dans ce conflit. J’ai hâte de les voir autour de la table de la grande confĂ©rence de paix que propose Powell aujourd’hui. J’ai hâte de voir leurs attitudes devant le problème du retour des rĂ©fugiĂ©s palestiniens, le retour aux limites territoriales de 1967, le dĂ©mantèlement des nouvelles colonies, le financement pour la reconstruction de la Palestine, Sharon assis Ă  la mĂŞme table qu’Arafat, etc…. HonnĂŞtement, je dois te dire que je ne pense que cela n’arrivera pas car il me semble que ce conflit est insoluble dans les circonstances actuelles.

Mansour: J’espère que nous continuerons Ă  dĂ©battre ces problèmes si importants pour non seulement l’avenir de la rĂ©gion mais Ă©ventuellement pour le reste du monde. Il arrivera un jour oĂą l’AmĂ©rique ne pourra pas faire la pluie et le beau temps, comme elle le veut dans cette rĂ©gion, et ce jour-lĂ  n’est pas aussi loin que nous pouvons le penser aujourd’hui. Enfin de compte ce n’est pas un hasard si cette rĂ©gion du monde a toujours Ă©tĂ© le berceau de l’Ă©volution de l’humanitĂ©. Elle a vu les dĂ©buts de l’agriculture, elle a vu naĂ®tre les trois plus grandes religions de l’humanitĂ©. Elle a vu la construction des Pyramides,. Il faut croire tout de mĂŞmeque cette rĂ©gion est peut ĂŞtre choisie par une force supra humaine pour marquer l’Ă©volution de l’humanitĂ© Ă  travers les temps.

Claude: Je crois que le temps approche oĂą l’AmĂ©rique cessera de pouvoir faire la pluie et le beau temps sur la terre. Un jour prochain, la CommunautĂ© EuropĂ©enne deviendra une force mondiale, la Chine aussi, et la Russie par après. Et si le monde arabe peut se ressaisir, rien ne l’empĂŞche de prendre sa place Ă  la table des grands de la planète. Il restera alors les latinos de l’AmĂ©rique du Sud qui sauront aussi devenir un groupe important. Ce jour lĂ , peut ĂŞtre dans 100 ans qui sait, je crois que les habitants de notre terre connaĂ®tront la paix et le respect que tous mĂ©ritent.

Ă€ bientĂ´t.