Mes parents


Chapitre VII

Mes parents : Mélina Vinet et J. Aurélien Jobin

Mes frères et sœur :

Baptisée en 1920 en la paroisse St-Octave de Montréal-Est, me voici à 3 ans.

J’avais dĂ©jĂ  3 frères : Raymond et Rolland, jumeaux identiques nĂ©s en 1915,

Pauline née en 1922

Jean-Paul né en 1924

André

Pauline

Claude né en 1935

Mes Ă©tudes

Ma grand-mère maternelle mourut en 1931; mon grand-père restait seul et vivait à Longueuil-Annex.  La famille alla vivre avec lui;  j’allais à l’école St-Charles située à l’angle du Chemin de Chambly et Curé Poirier. On y trouvait là des noms tels qu’Audet, Timmons, Briggs, Guibord, Bellocq Théberge, Pelletier, Bertrand, (le père faisait des chars allégoriques pour la procession de la St-Jean-Baptiste à Montréal), Jobin, Lamarre.

Cette école a été détruite pour agrandir le boulevard Curé-Poirier. En avant, mon frère André (avec la cravate); ma sœur Pauline devant une jeune fille en robe noire à droite sur l’avant-dernière rangée. Il n’y avait pas d’église dans ce temps-là dans ce quartier; il nous fallait aller au « Village » suivant l’expression du temps.  

La desserte St-Charles

Le 3 mars  1930, la question d’une desserte à  l’école  St-Charles, à l’intersection du Chemin de Chambly et Curé Poirier, (quartier Longueuil-Annexe) dans la paroisse St-Antoine de Padoue de Longueuil, est posée.

Le 2 avril suivant, un comité est nommé. La requête expose les raisons de cette desserte :  Nous sommes 38 familles; nous demeurons   à un mille de Longueuil ; le chemin public est très dangereux pour les femmes et les enfants à cause du grand nombre des autos; nous nous croyons  en état de rencontrer les dépenses d’une desserte temporaire;  nous demandons une messe, le dimanche cet été.

Le 8 mai, la demande Ă©tait soumise Ă  sa Grandeur Mgr Gauthier.

La Commission scolaire de la paroisse de Longueuil  décide d’ouvrir deux classes dans l’école St-Charles et de les confier aux Sœurs des St-Noms de Jésus et de Marie.

Mgr se montre favorable à la demande des intéressés. Tout se prépare pour l’ouverture de la desserte.

Le 5 juillet au soir, monsieur le curé Payette, curé de la paroisse, se rendait à l’école et bénissait le local, le tarbernacle, le crucifix, les ornements,  les nappes, les corporaux et les statues.

Le lendemain,  6 juillet 1930, avait lieu la première messe dite par monsieur le curé Payette. Au prône, celui-ci  expliquait le choix du nom de St-Charles en souvenir du fondateur de Longueuil, Charles Lemoyne; il commentait la pêche miraculeuse etc. Depuis , la messe est dite tous les dimanches.

Source : Le bulletin paroissial, St-Antoine-de-Padoue, Longueuil, octobre 1930.

Déménagés dans le Vieux-Longueuil, j’ai étudié à l’Académie St-Georges dirigée par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, puis j’ai suivi un cours de Lettres-Sciences au couvent sur la rue St-Charles. Élèves de 6e et 7e à l’Académie St-Georges en 1935. Je suis dans la deuxième rangée, 2e à gauche.